La violette, saveurs de printemps. 2


La violette, une petite vivace herbacée qui a tout pour nous séduire.

Discrète tout une partie de l’année, elle se dévoile dès le printemps (selon les espèces et les variétés) tapissant le sol de ses fleurs, la violette (Viola sp.) est une petite vivace herbacée(*) qui a tous les atouts pour nous séduire.

Souvent confondue avec la pensée dont elle est de la même famille (les violacées), elle est bien plus rustique (elle résiste facilement jusque -15°C) ! Pour les reconnaitre, il faut se pencher sur leurs pétales ; 2 vers le haut et 3 vers le bas pour la violette, 4 pétales vers le haut et un seul vers le bas pour la pensée.

Violettes et pensées peuvent se confondre, sauf si on regarde bien leurs pétales.

De petites tailles (5 à 20 cm), les violettes ont des feuilles en rosette ovales et cordées (en forme de cœur) et aux bords munis de dents arrondies. Leur feuillage est persistant mais passe assez inaperçu quand elles ne sont pas en fleurs. Les violettes peuvent être plus ou moins pubescentes (munies de poils) selon les espèces. Et des espèces de violettes il y en a beaucoup, pas moins de 7 indigènes en Belgique. Elles fleurissent plus ou moins tôt; sont plus ou moins colorées, passant du violet foncé pour Viola odorata, au plus pâle, presque blanc, pour Viola alba ; apprécient plus ou moins le soleil (toutes aiment la mi-ombre) et les sols secs à frais.

En Belgique, nous comptons 7 espèces de violettes indigènes.

Lorsqu’elle se plait, elle aura vite fait de tapisser une grande étendue en laissant les fourmis disséminer ses graines ou en se multipliant par ses stolons pour certaines (Viola odorata notamment). Elle pourra ainsi rapidement couvrir le sol de sa multitude de fleurs printanières au pied d’un arbre, d’une haie ou dans un massif!

La violette est un bon couvre sol là où elle se plait.

Si vous souhaitez en accueillir une au jardin, je ne peux que vous conseiller la violette odorante (Viola odorata), dénommée aussi violette de mars, car c’est la plus parfumée et la plus mellifère (*) (appréciée par les insectes butineurs).

Installez la demoiselle de l’automne au début du printemps dans une terre assez riche, fraiche et drainée,  et à mi-ombre (idéalement sous un arbre à feuilles caduques (*)), les plants espacés de +/- 15 cm.
Vous pouvez aussi la semer sous abris en pot de mars à mai dans un terreau spécial semis. Vous garderez alors le substrat légèrement humide et les pots à la lumière mais sans soleil direct. Les plantules seront éclaircis à 3-4 cm et leur plantation se fera à l’automne.
Les semis en pleine terre se feront eux de juin à septembre.

Viola odorata.

Par la suite, les violettes ne réclament aucun entretien si ce n’est un arrosage si le sol devient très sec, mais un mulch gardera le sol frais sauf en cas de canicule prolongée. Si vous êtes motivés, Vous pourrez supprimer les fleurs fanées au fur et à mesure afin de stimuler l’apparition de nouveaux boutons floraux.

Les violettes peuvent aussi se cultiver en jardinière, mais il faut être particulièrement vigilant et ne pas laisser le terreau se dessécher.

Semis spontané de violette dans l’allée…

Une fois qu’elle sera suffisamment présente dans votre jardin, vous pourrez en profiter bien plus que par sa beauté. En effet, les violettes sont toutes comestibles et pour la plupart médicinale (notamment Viola odorata que je vous conseille).
Pour assurer la survie de vos fleurs, ne soyez pas trop gourmands et respectez la règle du tiers de cueillette ; on ne cueille jamais plus d’un tiers d’une plante (ou 1/3 des plantes si on doit la prélever en entier) ; ceci afin de ne permettre à vos violettes de s’épanouir et de se reproduire.

Les jeunes feuilles, riches en vitamine C, se mangent crues ou cuites. Elles donneront de la consistance à une soupe, une sauce ou un bouillon clair car elles sont mucilagineuses ou égaieront vos salades printanières avec par exemple du cresson, du chicon, du lierre terrestre et de la claytone de cubas (pourpier d’hiver).

Quant aux fleurs, elles pourront décorer vos assiettes et salades telle quelle ou bien encore sublimer vos gâteaux et desserts en les cristallisant avec du blanc d’œuf et du sucre.
C’est aussi une des premières fleurs du jardin avec laquelle on peut préparer de succulents sirops ! Celui de violette viendra délicieusement napper vos glaces, crêpes, gaufres et autres douceurs ! Ne soyez pas surpris par sa couleur, il est vert et non violet…

Les fleurs peuvent se conserver séchées pour les utiliser quand bon nous semble, en infusion du soir par exemple.

Sirop de violette : laissez infuser 100g de fleurs fraîches dans 1l d’eau bouillante pendant 12h. Filtrez ensuite l’infusion en pressant bien puis mettez dans une casserole à fond large sur feu doux avec 1,8 kg de sucre. Une fois que le mélange a obtenu une consistance sirupeuse (après quelques minutes), versez-le chaud dans une bouteille préalablement ébouillantée et conservez au frigo.

Les fleurs de violettes peuvent aussi servir pour aromatiser un vin blanc ou rouge, comme par exemple dans le Vin de mai, traditionnel en Allemagne, où les fleurs de violettes surnagent sur ce breuvage, mélange de vin de Moselle et de champagne dans lequel on a fait macérer des morceaux d’orange et d’ananas ainsi que des tiges d’aspérule odorante.

Cristallisées ou nature, les fleurs de violettes égayeront vos pâtisseries…

Pour notre santé la violette a largement son mot à dire !

La fleur de violette est émolliente, expectorante et sudorifique, elle est recommandée pour soigner la toux, la bronchite et la fièvre en infusion (50 g de fleurs par litre d’eau bouillante) ou en sirop (1 à 3 cuillère à soupe/jour pour les adultes, 2 à 8 cuillères à café/jour pour les enfants).
Mais ce n’est pas tout ! Laxative et diurétique, la violette traite également les constipations légères, même chez les jeunes enfants (infusion ou sirop).
Elle est aussi apaisante, calme la nervosité, fait baisser le stress et réduit les insomnies (infusion ou inhalation).

En usage externe enfin, les feuilles de violette, broyées et utilisées sous forme de cataplasmes, sont efficaces pour la cicatrisation des petites plaies et blessures, les irritations cutanées, les gerçures des seins et les escarres.

La violette, une sauvageonne utile à tous points de vue!

Belle, parfumée, bonne et utile pour notre santé et celle du jardin, la violette odorante et toutes les autres sont encore des sauvageonnes bien de chez nous qui méritent leur place dans nos jardins !

Votre coach, Harmony.

PS : vous souhaitez apprendre à mieux connaitre les fleurs de nos jardins et leurs bienfaits à mes côtés et goûter certaines recettes? Sachez alors que je donne des ateliers pour vous faire découvrir les différentes utilisations des plantes durant la belle saison à Marneffe (entre Liège et Namur).


Répondre à BERTHOULOUX Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “La violette, saveurs de printemps.