Juin au jardin 1


Juin… bientôt la fin des cours et la fin du printemps ! Contrairement aux activités scolaires, pas d’examens au jardin, mais beaucoup de travail si vous voulez avoir de somptueux massifs et crouler sous les légumes. Allez, on s’y met !

Côté potager :

En juin, on s’occupe des plantations déjà en place :

Dès que les plants ont au moins 20 cm de haut, on butte les pommes-de-terre, crosnes et topinambours sur la moitié de leur hauteur pour obtenir plus de tubercules et empêcher que ces tubercules ne se développent à la lumière (et verdissent).
Buttez aussi  les  pois et haricots dès qu’ils ont 15 cm de haut, les fèves dès qu’elles ont 25 cm de haut, en ramenant la terre ou du mulch jusqu’aux premières feuilles pour éviter qu’ils ne se déracinent avec le vent et mieux soutenir leur pied qui pourrait se briser sous leur poids. Plutôt que de la terre, n’hésitez pas à utiliser de la paille pour faire vos monticules…

Mettez des tuteurs à vos haricots à rames et à vos plants de tomates.

Supprimez les tiges florales de vos rhubarbes si vous ne voulez pas les voir se ressemer partout.

Dès que vos plants de tuberculeuses sont suffisamment grands, buttez-les… Ici plants de pommes-de-terre buttés avec de la paille sur 15 cm de haut.

Éclaircicez les légumes qui commencent à être à l’étroit dans leurs lignes.

oignons et carottes plantés en alternance. les carottes ont encore le temps, mais les oignons doivent être éclaircis. Personnellement, je les aimes bien à ce stade coupés en rondelles pour aromatiser mes plats et salades! PS: là, pas de paillage, les oignons n’aiment pas ça 😉

Vers la fin du mois, nouez et couchez les tiges d’aïl pour hâter le mûrissement et favoriser le grossissement.

Dès qu’ils ont fini de fleurir, vous pouvez bouturez votre sauge et votre romarin, en prenant une jeune pousse de 15-20 cm, retirant les feuilles de la moitié inférieure et en plantant la tige dans un godet avec du terreau placé mi-ombre. Bien arrosé le temps de la reprise.

Continuez à pailler vos parterres avec le « paillis » du moment 😉

Semis en pleine terre : Arroches, betteraves, carottes, cerfeuil (dans un endroit ombragé et gardé humide), chicons, chicorées, choux, choux chinois (à partir de la mi-juin), cresson, courges, courgettes,  fenouils bulbeux, haricots, laitues d’été, maïs doux, mescluns, navets, oignons blancs, poirées, pourpiers, radis, scaroles…

Attention si vous semez des laitues, épinards, radis, fenouil… Les chaleurs d’été arrivent et ces légumes vont vite monter en graine, avant même d’être suffisamment grand que pour être consommés; le radis, lui, va se crevasser. Cette montée en graines est due à la chaleur, mais surtout au manque d’eau… Semez vos laitues directement en place, dans une terre bien humidifiée et mulchée. Ainsi, on évite le repiquage et les plantes peuvent développer un bon enracinement pivotant leur permettant d’aller chercher l’eau plus bas.
Semez aussi plutôt des variétés résistantes à la chaleur ou d’autres espèces de légumes à la place… Par exemple, à la place de l’épinard, semez des bettes ou de la tétragone, à la place de la laitue, essayez la laitue asperge!

Plantations : Aubergines, céleris à côtes, choux (brocolis, cabus d’été, d’automne, de Milan, de Bruxelles, choux-raves et choux-navets, choux blanc, choux pointus,… par contre c’est trop tard pour les choux rouges et choux verts) concombres, condiments (basilics,…), cornichons, courges, courgettes, oignons blancs, piments, poireaux d’automne, poivrons, souchets, tomates…

Récoltes: Fèves des marais, pois, salades, carottes, radis, cresson, cerfeuil,…

Les tomates et autres plants plus fragiles ne craignent plus les gelées en juin. il est temps de les mettre en pleine terre avec leurs « bons » voisins d’associations. + système d’arrosage maison, un tuyau percé au niveau de chaque plant pour arroser ou distribuer le purin d’ortie juste aux pieds 😉

N’oubliez pas de faires les bonnes associations 😉

En juin, les adventices se développent à vue d’œil, il va falloir désherber avant la formation des graines si vous ne souhaitez pas être envahis! une fois l’indésirable déracinée, vous pouvez la poser simplement au sol pour qu’elle se décompose et serve de paillage. Les adventices qui sont déjà en graines seront bien sûr exportées hors du potager, on ne va pas aider leur semis! Attention aussi aux plantes comme le chardon où le pissenlit, ces plantes continuent le mûrissement de leurs graines même une fois déracinées…

Surveillez aussi l’évolution des ravageurs… Afin d’intervenir si il y en a de trop.
Les altises, par exemple, aiment les journées ensoleillées de juin pour grignoter vos jeunes pousses de brassicacées. Ces petits coléoptères sont très discrets, mais on remarque vite leurs présences par les nombreux petits trous laissés sur les feuilles des jeunes semis. Les altises détestent l’humidité, un paillage au pied des plants n’est donc pas idéal pour eux! Et tant qu’à faire, autant utiliser de la tanaisie pour le paillage, elle a un effet répulsif sur de nombreux insectes, dont les altises.
N’oubliez pas qu’il faut laisser l’équilibre s’installer dans votre jardin et que cela prends du temps. Mais en leur fournissant un habitat adéquat (un paillage par exemple…) les prédateurs des insectes ravageurs s’installent et régulent les populations, rendant ainsi les pertes acceptables 😉Et pour que ces prédateurs s’installent, il leur faut aussi à manger, donc des ravageurs (vous connaissez l’histoire du puceron qui attire la coccinelle non?)

Grignotage d’altises sur mes pousses de betteraves… normal, j’ai laissé un paillis « sec » , je vais donc rajouter autour des plantules un paillis plus humide 😉

Il y a toutefois une exception à la tolérance: les doryphores.
Ce sont des grands consommateurs de plantes de la famille des solanacées (aubergines, pommes de terre, tomates,…) originaire des USA. Arrivés chez nous depuis la première guerre mondiale, ils n’ont pas vraiment de prédateurs naturels dans nos contrées et ils peuvent vite devenir problématiques. Les adultes, mais surtout leurs larves, peuvent totalement détruire vos pommes de terre ou aubergines en peu de temps. Si la pression qu’ils exercent la première année de leur arrivée dans votre jardin est acceptable, sachez qu’ils deviendront vite ingérables si vous n’intervenez pas. La prédation, car ils ont quand même des prédateurs dont la coccinelle, et les associations de plantes (lin,tanaisie, soucis, haricots, ail,…) ne sont pas suffisamment efficaces, même si ils limitent quand même l’invasion, il vaut mieux ramasser à la main les doryphores et leurs larves et s’en débarrasser (pour info, mes carpes en sont très friands ainsi que mes poules)et écraser les œufs que vous débusquez sous les feuilles des plantes atteintes.

Doryphore prise en flagrant délit de ponte! Inspectez bien sous les feuilles…

Côté arbres et arbustes et rosiers:

Dès que ces fleurs seront bien fanées, ce weigelia va être candidat au bouturage!

En juin, c’est le meilleur moment pour tailler les arbustes qui ont fleuris au printemps ainsi que vos buis.

C’est aussi le bon moment pour bouturer les spirées, céanothes, forsythias, weigelias, rosiers, hortensias en prélevant une nouvelle pousse d’une dizaine de cm et en la plantant dans un substrat très léger à l’ombre.
Pour la multiplication, c’est aussi le moment pour marcotter le cognassier du japon et les clématites.

S’il fait sec, arrosez les arbres et arbustes qui ont été plantés récemment, ils n’ont pas encore développé un système racinaire suffisamment grand que pour aller puiser l’eau en profondeur.
Dans tous les cas, continuez toujours de paillez vos arbres et arbustes pour limiter l’arrosage et le désherbage tout en nourrissant votre sol.

Protégez vos fruitiers de la gourmandise des oiseaux ;
vous pouvez mettre un filet, mais son efficacité n’est pas toujours totale et vous risquez de briser des branches ou de voir un oiseau se piéger dedans et en mourir.
Optez plutôt pour une méthode plus douce, en suspendant par exemple des CD’s dans les branches de vos arbres, les reflets du soleil feront bien réfléchir les oiseaux avant de venir vous piquer des fruits.
Encore mieux, placez à proximité de vos arbres un abreuvoir pour oiseaux. En effet, le plus souvent ils viennent manger vos fruits charnus pour se désaltérer !

Surveillez vos rosiers de l’invasion des pucerons. Si ces « vilains suceurs de sèves » sont trop nombreux, retirez-les avec un pinceau ou un jet de tuyau d’arrosage. Mais laissez-en si vous voulez voir les coccinelles s’installer 😉Concernant vos rosiers toujours, supprimez les tiges qui poussent sous le point de greffe. Il s’agit de sauvageons qui donneront des fleurs de rosier sauvage au détriment de votre rosier de « variété ». Et ôtez au fur et à mesure les fleurs fanées.

Si vous avez du sureau noir, récoltez les fleurs pour en faire du vin ou du sirop 😉

« ça fait rire les oiseaux et chanter les abeilles ». Des Cd’s suspendus dans votre cerisier décourageront les oiseaux d’y venir déguster vos fruits.

Côté fleurs :

Tout comme au potager et pour les arbres et arbustes, maintenez en place un paillage aux pieds de vos plantes d’ornement et désherbez les indésirables avant leur montée en graines!

pré-fleuri avec mélange de vivaces et d’annuelles 😉

Commencez le semis des bisannuelles rustiques (giroflées, pensées, monnaie du pape, rose trémière, œillets de poètes, pavots…), fin du mois, vous pourrez ainsi les repiquer en godets individuels puis en pleine terre fin septembre pour une floraison au début du printemps, ou semez-les directement en place.
Finissez aussi les semis des annuelles qui fleurissent en été ou en automne comme les capucines, les soucis, les pourpiers et tagettes…

Vous pouvez aussi profiter du mois de juin pour bouturer vos œillets vivaces en coupants une extrémité de tige juste sous un nœud.

Complétez vos massifs en y plantant toujours les vivaces achetées en pots en jardinerie (ou autre !).

Si le temps est trop sec et que vos plantes ont soifs malgré le paillage, arrosez-les, mais faites-le de préférence le soir (pour que l’eau ne s’évapore pas et puisse bien rentrer dans le sol) et aux pieds des plantes (évitez d’arroser les feuilles, ce qui peu les brûler avec le soleil ou favoriser les maladies comme le mildiou). Il vaut mieux aussi arroser une bonne fois plutôt que plusieurs petites fois. Ainsi, l’eau va en profondeur et les plantes développent mieux leur système racinaire pour avoir plus d’autonomie ensuite 😉

Si il y a un ravageur de vos fleurs à surveiller dès le début du mois, c’est bien le criocère du lys. Si vous en avez, veuillez à ce que leur population ne devienne pas trop importante car ils pourraient engloutir toutes vos liliacées! Ces coléoptères rouges sont repérables de loin, il est facile de les retirer à la main pour contrôler leur développement.

Les Criocères du lys ont aussi été pris en flagrant délit… Il faut dire qu’il ne font que ça… et manger vos lys…

Voilà de quoi vous occuper ce mois-ci ^^

Vous voulez en savoir plus sur les ravageurs du jardin? Participez à l’atelier « les auxiliaires et ravageurs du jardin » pour apprendre à installer l’équilibre naturel dans votre jardin 😉

Si vous n’êtes pas sûrs de faire les bons gestes, n’oubliez pas que vous pouvez faire appel à mes services à domicile et que chaque après-midi en semaine, vous pouvez venir jardiner avec moi et poser vos questions 😉

À bientôt ! Votre coach.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Juin au jardin

  • Bury Annie

    Merci beaucoup pour ces infos complètes et bien détaillées qui seront d’une aide précieuse à tous les novices comme moi. J’adore jardiner mais je ne sais jamais trop quoi faire quand ! On est souvent noyés sous les infos ….Cet article est précis et méthodique. Annie.