La maltraitance des plantes de supermarché 4


Aujourd’hui, petite pensée émue pour toutes ces plantes maltraitées pour le plaisir des consommateurs que nous sommes. Ces plantes qui ne demandent qu’à s’épanouir et qui pourtant semblent condamnées à dépérir… Aujourd’hui, je vous parle des plantes exposées sans leur consentement dans les rayons des supermarchés…

Elles ne commencent déjà pas très bien leur vie ;  dès le début forcées de fleurir plus que de raison, puis exposées à côté du rayon des piles ou de celui des fruits et légumes, sans lumière du jour, attendant désespérément de finir dans un caddie vers un avenir incertain… pour, une fois à destination, embellir nos intérieurs un temps… avant de dépérir inexorablement.

Qui n’a jamais craqué pour une de ces plantes au moment de faire les courses hebdomadaires ?
Et qui n’a jamais été déçu du résultat au bout de quelques jours seulement ?
Et pourtant, ces plantes ne demandent qu’à vous offrir leur beauté! Alors pourquoi font-elles aussi vite la tête malgré les petits soins qu’on leur offre ?

Dès le début on leur a donné peu de chance de survie… Destinées aux achats coup de cœur, ces plantes ont subis de mauvais traitements avant même d’arriver au magasin…
Dopées aux engrais et stressées pour offrir une plus belle floraison, de surcroît souvent de manière précoce afin de répondre au dictat du marché, toute leur énergie a été déployée pour obtenir de beaux boutons floraux, au détriment des racines…
Parfois on pousse la torture jusqu’à aller leur coller des paillettes, du lustrant ou autres artifices sur les feuilles, les empêchant ainsi de respirer…
Et leur calvaire ne s’arrête pas là !
Expédiées par camion, empilées dans l’obscurité sur des palettes aux côtés de canettes de soda et des rouleaux de pq, elles seront déplacées sans ménagement jusqu’au rayon final, souvent judicieusement placé près des caisses… Là, sous les néons et les courants d’air, sous ou sur-arrosées, elles devront attendre le bon vouloir d’un client pour espérer un avenir meilleur que la poubelle où elles seront jetées avec les invendus du magasin si elles ne séduisent personne.

Tout ça, ça vous stresse une plante ! Pas étonnant du coup qu’elles fassent vite grise mine…

Et ce n’est pas tout… Les pots dans lesquelles elles demeurent sont souvent trop petits, avec du substrat de piètre qualité. Lorsqu’il s’agit de récipients avec plusieurs plantes différentes, outre le manque de place, la plupart du temps ce sont des pots qui ne permettent pas un drainage (pas de trous au fond) et les plantes qui cohabitent ainsi ensemble n’ont généralement pas été choisie pour leurs exigences mais parce que ça faisait « joli »… Cohabitation difficile d’entrée de jeux, mais après tout, elles ont été produites pour des achats « impulsifs », pas pour tenir longtemps…

Bon, je ne milite pas pour l’interdiction de vente des plantes dans les supermarchés, je craque moi-même de temps en temps, juste pour me redonner le moral à la fin de la pénible corvée des courses…

Mais avouez que pour acheter une plante ce n’est pas le meilleur endroit ; les conditions de vie de ces plantes sont loin d’être les meilleurs et ce n’est pas à la caisse qu’on recevra des conseils pour les entretenir. Il ne faut donc pas s’étonner si ces plantes ont tendance à ne pas durer…

Mais comment leur donner une chance de survie alors ?

Déjà, il faut bannir toutes les plantes recouvertes de paillettes, neige artificiel ou autres joyeusetés du genre collées sur les feuilles. Asphyxiées par le vernis qui sert de colle, ces plantes n’ont généralement que très peu d’avenir et il est très difficile, voire impossible, d’en nettoyer leurs feuilles sans les abimer, au mieux peut-on espérer qu’elles en refassent vite de nouvelles…

Ensuite, il faut se renseigner sur la plante en question : quel est son nom, quels sont ses besoins, quand est-elle censée fleurir, est-ce vraiment une plante d’intérieur ? Et aviser ensuite de la manière de lui offrir une vie longue plutôt qu’éphémère…

Une jacinthe, par exemple, fleurit normalement au printemps… pas mi-décembre ! La jacinthe que vous avez reçue en fleurs pour noël a donc été forcée pour fleurir aussi tôt. Pas de panique, la belle s’en remettra si vous la laissez reprendre des forces. Une fois défleurie, continuez à lui donner à boire tant que ses feuilles ne sont pas complètement fanées. Conservez ensuite le bulbe dans un endroit sec et sans lumière, vous pourrez le replanter en automne dans votre jardin pour que votre jacinthe continue à fleurir durant plusieurs années…au printemps 😉

Votre rosier nain dépérit à vue d’œil depuis qu’il est arrivé chez vous ? Les boutons brunissent et se dessèchent, les feuilles tombent ? C’est normal ! Une fois de plus il a été forcé… non, ce n’est pas naturel d’avoir 15 fleurs sur un minuscule rosier, ni que ces fleurs soient là en hiver ! Votre rosier s’épuise inutilement pour une floraison tout à fait artificielle. Pour lui donner une chance de survie, pas de quartier, on coupe tous les boutons floraux, ou du moins une bonne partie. Et dès que possible, on le met dans le jardin. Les rosiers se plaisent nettement mieux en extérieur.

Ces beaux petits rosiers seront vite épuisés avec autant de fleurs!

Vous l’aurez compris, beaucoup de ces plantes vendues en grandes surfaces sont en faites des plantes d’extérieur. Une fois dans notre demeure et malgré de bons soins de notre part, elles continuent à dépérir, agressées par l’air trop sec de nos intérieurs, le manque de lumière, les températures inadaptées…

Ainsi, rosiers nains, mais aussi hellébores, chrysanthèmes, gerberas, primevères, callas, lys… vous donneront bien plus longtemps satisfaction si vous leur laissez une place dans votre jardin plutôt que sur votre table de salon. Profitez donc de ces fleurs un temps en intérieur, mais une fois qu’elles sont fanées offrez-leur une deuxième vie dehors plutôt que de vous en débarrasser!

Pour les plantes d’intérieur, et celles d’extérieur que vous garderez en pots, vérifiez si elles ne sont pas trop à l’étroit dans leur pot et si c’est le cas, rempotez-les le plus tôt possible dans un pot et un substrat adapté (dès que la floraison est finie pour les plantes à fleurs).
Ne tardez pas, surtout si il s’agit de plantes en « composition », comme je vous l’ai dit plus haut, ce n’est pas parce qu’elles sont dans un même contenant qu’elles ont les mêmes exigences: dans un même pot on retrouve fréquemment des plantes qui ont besoin d’humidité aux côtés d’autres qui la craignent, ou de celles qui ont besoin de soleil mélangées à des plantes d’ombre… Il faut alors les replanter chacune dans de bonnes conditions en les séparant selon leurs besoins spécifiques.

Poinsettia.

Pour certaines, ne vous attendez pas à leur retrouver un jour l’éclat qu’elles avaient lors de leur achat si vous ne leur faites pas subir un traitement bien particulier. Le poinsettia par exemple, plante de noël par excellence, ne refleurit pas de lui-même. Pour le voir s’orner à nouveau de sa parure rouge, il faut le priver de lumière pendant une vingtaine de jours… ce n’est pas pour autant qu’il faut le jeter après une saison.

Pour finir, qu’elles soient en extérieur ou en intérieur, n’oubliez pas de respecter les conditions optimum de luminosité et d’arrosage et de renouveler régulièrement le substrat pour garantir une belle vie à ces plantes en pots !

Que ce soit suite à un cadeau reçu, à un coup de cœur ou pour orner votre table de fête, ne considérez pas ces plantes de supermarchés comme des objets jetables. Ce n’est pas parce qu’elles n’ont pas eues de chance à leur début qu’il faut ne pas leur en laisser…

Harmony


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “La maltraitance des plantes de supermarché

  • Hervagault

    C’est la 1ère fois que je lis un article sur la sensibilité des et les besoins non respectés des plantes en de surface…bref sur leur souffrance…ça devrait se généraliser. ..passionnante initiative !

    • Anne-Marie Puertas

      Oui ce n’est pas la vente en supermarché la plus grande responsable mais la méconnaissance, de la plupart des citadins qui achètent ces plantes, de leur besoin… effectivement les rosiers et les héllebores doivent vivre dehors à la rigueur sur un balcon… n’accusez pas les supermarché mais la perte de connaissances sur le vivant de nos concitoyens, qui leur fait croire aussi à des fake news pseudoscientifiques comme le danger des vaccins ou des régimes pour maigrir hallucinants RETOUR VERS LA NATURE D’URGENCE !!!

  • Anne-Marie Puertas

    Ce n’est pas vrai j’ai acheté plusieurs fois des plantes en supermarché qui sont devenus très belles… il faut savoir les planter et les entretenir ce qui n’est pas donné à tout le monde, il faudrait mettre une notice de culture avec ces plantes pour aider les jardiniers en herbe pas expérimentés

    • Harmony Auteur de l’article

      j’avoue avoir utilisé un titre « racoleur », mais le but de cet article est bel et bien de rappeler que les plantes ont eues un parcours parfois difficile avant d’arriver chez nous et que ce ne sont pas des objets à usage unique, qu’il faut juste leur apporter les soins adéquats 😉