Summer is coming (Alerte canicule!) 2


Les terrasses des cafés sont de sorties, les vêtements se raccourcissent, la musique du marchand de glace résonne dans les rues, le soleil prolonge ses visites, pas de doute, l’été arrive…

L’été c’est réellement la période où l’on profite de son jardin : farniente, apéros, barbecues,… rien ne peut venir entacher ces moments de bonheur au jardin.
Rien ? Vraiment ? Et pourtant, ce soleil qui nous est si précieux peut devenir un vrai brasier rendant l’air brûlant et le moindre mouvement pesant. Car oui, la plus grande menace de l’été est la canicule !

On parle de canicule quand on a une vague de chaleur qui dure au moins 3 jours de suite et qui se traduit par des températures très élevées par rapport aux normales de saison. D’une manière générale, la température ne descend pas en-dessous des 33°C le jour et 20 °C la nuit.
Lorsqu’elles perdurent, ces conditions météorologiques extrêmes ont un impact sur le jardin. Les plantes et la faune sont comme nous pendant ces périodes, ils ont chaud et surtout, ils ont soif !

On souffre tous de l’excès de chaleur! Les animaux et les plantes aussi…

Ces vagues de chaleur mettent le jardin et ses occupants à rude épreuve. Et tout comme on prépare son jardin à la venue de l’hiver, on doit aussi le préparer pour l’été et ses chaudes périodes de sécheresse.

Le premier réflexe qu’ont les jardiniers est généralement d’arroser. Or, l’eau est une ressource précieuse, bien plus que le pétrole ou l’or ! Il faut la préserver, l’économiser le plus possible ! Et contrairement aux idées reçues, ce n’est pas en la gaspillant par de nombreux arrosages que l’on va aider son jardin à supporter la canicule. D’autant plus
que si un arrosage est mal fait, il va provoquer plus de dégâts que ce qu’il ne fera de bien à la plante (feuilles brûlées, choc thermique, maladies,…)!

Mais alors, j’arrose ou pas?

Lorsque l’on pratique le jardinage au naturel, on éduque ses légumes : on ne les arrose pas chaque jour au goutte à goutte pour les rendre dépendants de nos soins mais au contraire, on leur apprend dès le début à aller puiser l’eau en profondeur en développant leurs racines.

Pour ce faire, on arrose uniquement lors des semis ou plantations, et pas avec un petit verre d’eau, on réhumidifie correctement le sol en profondeur.
Par la suite, on arrose que si les plantes présentent des signes de soifs, signes qui ne doivent pas être confondus avec ceux de « trop chaud » car les plantes se protègent de l’excès de chaleur en recroquevillant leur feuillage.  En procédant de la sorte, la plante limite ses échanges gazeux et surtout sa perte d’eau par évaporation. Or c’est cette évaporation via les feuilles qui permet à la sève de circuler… Donc une plante qui a trop chaud diminue son activité métabolique et stagne. Inutile donc de l’arroser quand les températures sont trop élevées, elle ne boira de toute façon pas et l’eau sera juste perdue par évaporation avant de pouvoir pénétrer dans le sol.
Une plante qui a les feuilles toutes molles ou recroquevillées quand il fait chaud n’a donc pas spécialement soif, elle se protège. Ce n’est que si ses feuilles restent « bizarres » le soir, quand la chaleur n’est plus là, qu’elle montre des signes de soif… dans ce cas là seulement, on arrose copieusement pour bien réhumidifier le sol en profondeur. Et bien sûr, on n’arrose pas quand le soleil tape, on arrose le soir quand il fait plus « frais » (ou le matin très très tôt). Seuls les semis, les plantes fraichement repiquées (les premiers jours) et les plantes en pots doivent recevoir un arrosage régulier, pour toutes les autres l’arrosage ne se fait que lorsque la soif se fait réellement ressentir. Avec l’expérience, vous apprendrez vite à reconnaitre une plante qui a soif d’une qui a juste trop chaud.

Les feuilles de cette courge sont molles car il fait trop chaud, le soir venu elles retrouvent tout leur panache sans arrosage!

De même, ce plant de tomate a les feuilles toutes recroquevillées pour économiser son eau, pas besoin d’arroser…

L’eau utilisée pour arroser doit être tempérée. Arroser avec l’eau fraîche du robinet provoque un sérieux choc thermique pour la plante ! On utilisera de préférence l’eau de pluie, mais si vous venez à en manquer et que vous devez utiliser l’eau de distribution,  mettez-la toujours dans un récipient pour qu’elle puisse se réchauffer et évaporer son chlore. Pour ne pas gaspiller d’eau, essayez au maximum de la récupérer dans vos gestes du quotidien : placez un seau sous le jet lorsque vous laissez couler l’eau de la douche ou du robinet le temps qu’elle se réchauffe, placez une bassine dans votre évier pour y récupérer l’eau que vous utiliser pour vous laver les mains, rincer quelque chose, laver vos légumes,…  même l’eau de vaisselle (si vous employez un détergent respectueux de l’environnement ) et l’eau de cuisson (refroidie et sans sel) peuvent être utilisées pour l’arrosage! Chaque geste compte pour préserver cette ressource si précieuse et cela peut vite représenter des dizaines de litres économisés chaque jour !

Tous les moyens sont bons pour récupérer l’eau de pluie!

Bien sûr, l’arrosage ne suffit pas, c’est même la dernière chose que l’on fait…  on va surtout tout faire pour garder le plus possible la fraîcheur du sol, et pour ce faire, rien de tel qu’un bon mulch ! On veillera donc à bien couvrir son sol pour l’été.

Sous leur mulch épais, mes légumes ne craignent pas d’avoir soif… sauf si la pluie tarde vraiment trop.

On ne va pas bien sûr ensevelir les jeunes plants et semis sous le paillage, mais il ne faut pas hésiter à mettre jusqu’à 20 cm d’épaisseur là où les plantes sont bien développées et à en rajouter au fur et à mesure du développement des plants.  Le mulch de protection choisi sera léger et aéré pour former une couche d’air isolante, le foin par exemple convient bien.
Et si vous devez malgré tout arroser car la pluie tarde à venir, faites-le sous le paillis et pas par-dessus, c’est le sol que l’on doit réhumidifier, pas le paillage… De plus, on n’arrose jamais sur les feuilles d’une plante, cela peut
la brûler si le soleil tape dessus, mais aussi cela permet le développement des maladies cryptogamiques comme le mildiou ou l’oïdium, l’arrosage sous paillis permet d’éviter ce genre de risque.

Un simple vieux tuyau d’arrosage percé tout son long et enfoui sous le mulch permet d’arroser facilement sans éclabousser les feuilles. Bon ok, il est sur le mulch là, mais c’était pour la photo…

On va aussi préserver la fraîcheur en offrant de l’ombre à nos plantations.
Cela peut se faire en amont en réfléchissant correctement lors de la conception du jardin via des plantations (haies) et des aménagements spécifiques. Au sein même du potager l’ombre peut être apportée en plantant des fleurs compagnes comme les cosmos ou l’aneth qui vont offrir une ombre légère, les autres légumes peuvent aussi apporter de l’ombrage si on a judicieusement choisi leur emplacement.

Ce coin du potager est bien au frais grâce à l’ombre apportée par la végétation environnante.

Bien à l’abri à l’ombre des autres plantes, cette salade ne risque pas d’attraper un coup de soleil!

Cette ombre légère sera insuffisante pour certaines plantes, comme les salades, qui sont plus sensibles à l’excès de soleil et peuvent très vite littéralement cuire sur place ou se dessécher totalement. N’hésitez pas à leur apporter de l’ombre avec les moyens du bord : voile d’ombrage (à défaut celui d’hivernage) ou drap tendu au-dessus, caissettes en bois retournées, parasol, canisses… En cas de canicule prolongée, c’est parfois tout le potager qui doit recevoir de l’ombre.

Canicule 2018, le voile d’hivernage a refait une sortie pour apporter de l’ombre aux parcelles les plus exposées, les caissettes en bois ont protégé les plantes les plus sensibles.

Cette jeune salade serait grillée si elle n’était pas à l’ombre d’une caissette. ça donne un look peu esthétique au potager, mais aux grands maux les grands remèdes! Puis ça protège des poules…

N’oubliez pas vos plantes en pots ; placez-les à l’ombre et regroupés-les pour en faciliter l’arrosage. Ne profitant pas du pouvoir tampon de la pleine terre, ce sont les premières à souffrir de la canicule.

Toujours pour préserver cette fraîcheur au sol, apprenez à être tolérant avec les adventices (*).
Bien sûr, elles puisent l’eau du sol pour leurs besoins, mais elles permettent surtout de préserver l’humidité aux pieds de vos plantes avec la rosée du matin et apportent de l’ombre…  Il faut savoir trouver l’équilibre et désherber juste ce qu’il faut pour ne pas vous laisser envahir par les mauvaises herbes tout en permettant à celles-ci d’apporter de
la fraicheur (et de la biodiversité !!).

En période annoncée de canicule, il y a certaines choses que l’on s’abstient de faire.

N’effectuez aucun semis ou plantation juste avant ou pendant canicule, même à l’ombre ils souffriraient de la chaleur et la plupart n’y survivront pas. Surveillez la météo pour planifier vos travaux de jardinage et préférez un ciel couvert pour faire vos plantations ; le repiquage est déjà traumatisant pour les racines de la plante, on ne va pas en plus y
rajouter une insolation…

Ne tondez pas non plus votre pelouse à ce moment, elle grillerait.
Et lorsque vous tondez, relevez la lame au maximum (7-9 cm minimum) pour que la pelouse profite de la fraicheur de son ombre… Inutile de gaspiller des centaines de litre d’eau pour arroser votre gazon, si l’herbe est suffisamment haute la rosée matinale suffit.

Une pelouse haute gardera bien plus longtemps sa fraicheur qu’une pelouse tondue trop court…

Si votre pelouse souffre malgré tout de la chaleur et ressemble plus à un décor de film post-apocalyptique qu’à un espace de quiétude vert, pas de panique ! C’est que votre gazon s’est simplement mis en repos estival pour
survivre. Certes, c’est moche, mais dès que la fraicheur sera de retour l’herbe refera son apparition.
Il se peut aussi que la zone soit trop exposée au soleil pour le gazon que vous avez choisi… Si chaque été votre pelouse vous désole parce qu’elle cuit systématiquement, il faut lui apporter de l’ombre (avec un arbre par exemple)
ou bien vous tourner vers des variétés plus résistantes à la sécheresse (graminées ou autres !).

Cette pelouse à l’air mourante… Et pourtant, dans le sol, ses racines attendent juste le retour de la pluie pour refaire de nouvelles feuilles; elle est en repos estival.

Les plantes ne sont pas les seules à souffrir de la chaleur…Pensez à offrir à boire aux occupants du jardin !
Placez des coupelles d’eau peu profondes à l’ombre dans différents endroits du jardin. Pour évitez que les insectes ne s’y noient, remplissez vos coupelles de billes ou de petites pierres de manière à ce qu’elles dépassent de l’eau.

Un fond de bouteille, des graviers, un peu d’eau, et voici de quoi désaltérer les insectes du potager! Un petit geste simple qui aidera vos auxiliaires de jardin.

Le lagunage de l’étang, c’est « open bar » toute l’année! Les insectes profitent des bois qui dépassent pour se poser mais aussi des algues qui forment un tapis ultra rafraichissant!

Vous pouvez aussi mettre des coupelles plus grandes pour la baignade des oiseaux, mais jamais trop profondes, avec les bords en pente et en laissant toujours un petit radeau de sauvetage flotter pour les insectes (brin de
paille,…).
L’eau devra être changée régulièrement, tous les 2- jours grand maximum. Sinon, elle deviendra impropre pour désaltérer vos petits protégés et servira de zone d’élevage à moustiques.
Avec ce petit geste, vous aiderez bon nombre d’insectes, oiseaux et autres petits mammifères qui vous le rendront bien ! Profitez-en pour les observer 😉

Quoi de mieux qu’un bain rafraichissant quand il fait chaud?

Enfin, pensez aussi surtout à vous ! Lors des pics de chaleurs, ménagez-vous et hydratez-vous convenablement. Les infusions froides sont parfaites pour se rafraîchir et je vous conseille particulièrement l’infusion de lierre terrestre !
Ne « travaillez » au jardin que pendant les moments de fraîcheurs, il y a de quoi vous occuper en juillet et en août… Mais surtout, profitez de votre jardin ! L’été est le moment propice pour laisser de côté les écrans et vous retrouver en famille ou entre amis dans votre paradis de verdure.

Sur ce, je vais profiter du mien…
Harmony

Mon paradis de verdure….

PS : votre paradis de verdure n’est pas à la hauteur de vos attentes ? Je peux vous aider à réaliser le jardin de vos rêves grâce au coaching à domicile ou à mes ateliers à Marneffe (entre Liège et Namur), n’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations  😉


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Summer is coming (Alerte canicule!)