I-J comme…


Indéhiscent :
Wikipédia nous dit: Se dit d’un fruit, notamment un akène, qui ne s’ouvre pas spontanément à la maturité.

À ne pas confondre avec indécent, le fruit indéhiscent est lui assez pudique que pour ne pas s’exposer en public…

Infertile :
Wikipédia nous dit: De manière générale, l’infertilité est la difficulté à donner la vie. Ceci s’applique aussi bien à un terrain sur lequel toute tentative de culture agricole est infructueuse, qu’à un animal ou un couple d’êtres humains éprouvant des difficultés à avoir une descendance.

Un sol infertile est un sol qui donnera de faibles récoltes car les plantes ne savent pas y puiser les éléments minéraux et nutriments dont elles ont besoin pour croître. Ces éléments indispensables aux plantes sont soit absents du sol (car celui-ci a été trop exploité par exemple), soit présents mais indisponibles pour les plantes (dans le cas d’une pollution au sel par exemple…).
Un sol infertile peut généralement retrouver sa fertilité grâce à divers pratiques comme le mulching ou l’utilisation d’engrais vert (*). Il faut avant tout connaitre l’origine de cette infertilité avant d’intervenir, en jardinage au naturel connaitre son sol est primordial pour apprendre comment s’en occuper au mieux.

Inflorescence :
Wikipédia nous dit: L’inflorescence (du latin inflorescere : fleurir) est la disposition des fleurs sur la tige d’une plante à fleur. Cette disposition, dont le motif s’apparente à une fractale, est souvent caractéristique d’une famille, par exemple le spadice des Aracées, et lui a parfois donné son nom : l’ombelle est l’inflorescence typique des Ombellifères (aujourd’hui Apiacées), le capitule celle des Composées (aujourd’hui Astéracées).

Wiki à tout dit !

Insecticide :
Wikipédia nous dit: Les insecticides sont des substances actives ou des préparations phytosanitaires ayant la propriété de tuer les insectes, leurs larves et/ou leurs œufs. Ils font partie de la famille des pesticides,
eux-mêmes inclus dans la famille des biocides, tous deux réglementés en Europe par des directives spécifiques.

Un insecticide tue les insectes. Qu’il soit naturel ou chimique sa finalité est la même : éliminer l’indésirable petite bête volante ou rampante… or, si l’on veut atteindre un équilibre naturel dans son jardin, on n’élimine pas ! On contrôle, on détourne, on protège, mais surtout on invite les auxiliaires du jardin à s’installer mais on n’utilise jamais dans son jardin un produit qui a pour finalité de tuer. Déjà parce que ce n’est pas comme ça qu’on va atteindre un équilibre (si vous voulez que les coccinelles s’installent dans votre jardin, il faut des pucerons pour nourrir leurs larves …), ensuite et surtout parce qu’un insecticide ne tue pas que l’insecte visé ! L’insecticide que vous allez utiliser va aussi éliminer d’autres insectes (abeilles, papillons,…), mais va aussi se retrouver dans la chaine alimentaire d’autres animaux comme les hérissons, les oiseaux et les batraciens et décimer les plus faibles. Par exemple, chaque année des portées entières de mésanges sont tuées parce que leurs parents se sont fournis sur un buis qui avait été traité contre la pyrale… Un petit geste innocent pour sauver son buis peut ainsi devenir meurtrier… surtout que les mésanges restent les meilleures alliées contre la pyrale du buis !

Irrigation :
Wikipédia nous dit: L’irrigation est l’opération consistant à apporter artificiellement de l’eau à des végétaux cultivés pour en augmenter la production et permettre leur développement normal, en cas de déficit d’eau induit par un déficit pluviométrique, un drainage excessif ou une baisse de nappe, en particulier dans les zones arides.

L’irrigation permet d’amener l’eau directement aux racines de nos légumes. Elle n’est nécessaire que dans des conditions particulières (zones arides, cultures exigeantes en eau,…) et doit être bien réfléchie pour optimiser la distribution de ce précieux liquide. La plupart du temps, un bon mulch permettra de nous en passer.

Jachère :
Wikipédia nous dit: La jachère est, historiquement, l’ensemble des pratiques culturales de printemps et d’été des terres arables préparant l’ensemencement d’une céréale d’automne. Le terme désigne aussi, par métonymie,
la période où l’on effectue ces façons, et la terre qui les reçoit.
Cette préparation consiste en plusieurs labours dont le but est de détruire les adventices (mauvaises herbes), ensevelir la fumure et accélérer la décomposition de la matière organique. (…)Elle était très consommatrice de
travail, tant humain qu’animal. Jachérer (ou gascherer), c’était labourer plusieurs fois, chaque labour ramenant à la surface des graines de mauvaises herbes qui germaient, le labour suivant détruisant ces mauvaises herbes. Les
adventices poussant entre deux labours étaient pâturées par des moutons, cette vaine-pâture étant essentielle à la survie des plus pauvres.
La jachère a souvent été appelée repos de la terre, terme doublement ambigu : parce qu’il s’appliquait aussi à la friche enherbée, et parce que cette terre au « repos » était intensément travaillée.

La mise en jachère d’une terre. Voilà bien une technique bien inutile quand on jardine au naturel puisqu’on n’épuise pas le sol et qu’on ne le maltraite pas ! Par contre, laisser une zone de son jardin en friche, ça c’est une très bonne idée pour accueillir la biodiversité !

Jauge :
Wikipédia nous dit: La mise en jauge consiste à recouvrir de terre les racines d’une plante ou d’un arbre pour lui permettre d’attendre une plantation définitive.

Lorsqu’on n’a pas la possibilité d’installer tout de suite une plante à racines nues, la mise en jauge permet de garder celles-ci au frais en attendant la plantation en pleine terre.  Les plantes sont conservées à l’abri d’un mur ou d’une haie, les racines dans une terre légère ou du sable maintenu humide. Préserver les racines du desséchement est une garantie de bien réussir vos plantations !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *