Le lierre terrestre


Petite plante sauvageonne qui s’invite volontiers dans nos jardins, le lierre terrestre, Glechoma hederacea, mérite qu’on s’attarde un peu pour parler d’elle. Petit zoom donc sur cette plante de la famille des Lamiacées, qui, en plus d’être une belle couvre sol est mellifère, comestible et médicinale!

Cette vivace rustique laisse courir ses tiges rampantes (des stolons) pour s’étendre dans les sous-bois, le long des haies, mais aussi au sein de notre pelouse, formant des tapis de feuilles parfumées et de fleurs bleues – violettes. Sa robustesse et sa rusticité (jusqu’à – 15°C) font qu’on retrouve le lierre terrestre dans de nombreux endroits du monde: en Europe, en Asie, au Japon et en Amérique du Nord.

À partir de ses stolons, le lierre terrestre émet des tiges d’environ 15 à 25 cm de hauteur sur lesquelles poussent des petites feuilles persistantes.

Glechoma hederacea – lierre terrestre.

Feuilles de lierre terrestre.

Les feuilles en forme de cœur se présentent par paires opposées sur des tiges plus ou moins quadrangulaires. Elles sont souvent légèrement duveteuses, leurs bords ont des crénelures arrondies régulières, elles sont généralement vert foncé sur le dessus mais peuvent aussi être légèrement violacées ou panachées selon les variétés ; leur face inférieure est plus claire et porte des glandes d’huiles essentielles. Toute la plante émet d’ailleurs une odeur balsamique agréable, et a un goût aromatique rappelant la menthe (elle aussi de la famille des lamiacées) avec une pointe d’amertume ou d’âcreté pour les feuilles et tiges.

Les fleurs apparaissent dès le mois de mars jusqu’en automne. Elles sont groupées par deux, trois ou quatre (parfois plus) à l’aisselle des feuilles. Comme toutes les Lamiacées, elles sont à symétries bilatérale. Leur calice est tubuleux et droit avec 5 dents légèrement inégales. Leur corolle bilabiée, longue de 10 à 20 mm, a un tube droit et saillant fait de 5 pétales soudés. La lèvre supérieure est dressée, plane et échancrée en deux lobes; la lèvre inférieure a trois lobes plus larges, avec celui du milieu en forme de cœur inversé. Leur couleur va du rose au bleu-violet, et elles sont tachetées de pourpre sur la lèvre supérieure.

Fleur de lierre terrestre.

Symétrie bilatérale de la fleur.

NB : Le lamiacées sont une importante famille de plantes ayant comme caractéristiques communes, notamment, une tige quadrangulaire et des fleurs à symétrie bilatérale. On y retrouve beaucoup de plantes condimentaires (sauge, thym, basilic,..) et de plantes connues pour leurs huiles essentielles (lavande, menthe,…). Le bugle rampant et le lamier pourpre, avec lesquels on peut confondre le lierre terrestre, sont également de cette famille.

Avec son feuillage persistant, le lierre terrestre est décoratif toute l’année.
Au jardin, il trouvera sa place comme couvre-sol, au pied d’arbustes ou au pied d’une haie.

Le lierre terrestre s’épanoui aux pieds des arbustes, ici, avec une ficaire fausse renoncule.

Le lierre terrestre apprécie un sol ordinaire plutôt frais et humifère. Plantez-le à l’automne ou au printemps, de préférence en septembre ou en mars, en situation mi-ombragée. Vous pouvez aussi l’installer à un endroit ensoleillé, à condition que le sol reste bien frais et qu’il ait profité d’une bonne humidité au printemps. Un peu de compost ajouté au moment de sa plantation lui permettra une bonne reprise.
Bon couvre sol, il pourra embellir vos massifs tout en protégeant le sol comme mulch vivant. Il peut toutefois être envahissant, assurez vous qu’il ne risque pas de gêner d’autres cultures là où vous l’installez.

Le lierre terrestre permet aussi de fleurir sa pelouse, à condition que celle-ci soit tondue à 5 cm minimum et pas trop souvent.

Vous pouvez aussi cultiver le lierre terrestre en pot sur le balcon ou en jardinière suspendue, associez-le avec du lierre grimpant, des lamiers, des géraniums vivaces, son effet retombant est très décoratif. Pour la plantation en pot, prévoyez un contenant suffisamment grand, installez-y des billes d’argiles ou des graviers dans le fond, pour assurer un bon drainage. Placez ensuite vos plantes selon vos envies et complétez avec du terreau. Recouvrez enfin le terreau avec un peu de paillis léger comme du miscanthus ou du chanvre.

Une fois votre lierre terrestre installé, vous pourrez profiter de ses bienfaits ! En effet, Les tiges et les fleurs du lierre terrestre sont comestibles et possèdent des propriétés apéritives, diurétiques, stimulantes et toniques.
Très rafraîchissante, cette plante vous sera d’une grande utilité durant la période caniculaire. Préparez-en une infusion que vous boirez chaude ou froide, avec un peu de miel peut-être. Ne vous laissez pas intimider par l’aspect huileux de la boisson, cela tient à la richesse en huile essentielle de la plante.

Cette richesse en huiles essentielles (les glandes se trouvent sous les feuilles) et en tanins font du lierre terrestre une plante utilisée depuis longtemps en médecine pour ses principes actifs et son efficacité confirmée : anti-inflammatoire, antispasmodique, expectorante, émolliente, anti-douleur, antipyrétiques…
Il est notamment est prescrit en sirop ou en infusion pour soigner les inflammations des voies respiratoires (notamment les bronchites). En usage externe (huile de massage et lotion), il soigne les affections de la peau (ulcère, acné, eczéma).

Le lierre terrestre était autrefois un condiment apprécié, aujourd’hui tombé en désuétude. Son parfum particulier, à la fois boisé et parfumé, relève cependant agréablement les salades, les soupes et bien d’autres préparations. On lui préfère aujourd’hui des saveurs plus accessibles telle que l’origan, encore une cousine de la famille des lamiacées.

Ses fleurs ont un goût sucré qui relève agréablement les salades. Vous pouvez aussi les utiliser pour décorer les gâteaux ou dans des verrines. Attention, elles ne supportent pas la cuisson qui leur fait perdre leur parfum.

Soupe boisée aux champignons et lierre terrestre:

Le mariage de ces deux plantes de sous-bois vous rappellera les douces odeurs d’un petit matin d’automne dans une forêt humide.

Ingrédients pour 4 bols : 600 grammes de champignons de paris, une poignée de feuilles de lierre terrestre, 1 oignon, sel, poivre.
Faire revenir un oignon dans un fond d’huile. Lorsqu’ils deviennent transparent, ajouter les champignons coupés en rondelles. Faire réduire les champignons à feu doux en ajoutant petit à petit les feuilles de lierre terrestre. Lorsque les champignons ont réduit de moitié, rajouter de l’eau, jusqu’à 1 centimètre au-dessus des légumes. Rajouter le reste de feuilles de lierre terrestre. Faire cuire 5 minutes à tout petit bouillon. Mixer, servir dans des bols et rajouter quelques fleurs par-dessus.
Source : https://www.legoutdesplantes.be/recettes/soupe-boisee

Pour récolter dans les meilleures conditions le lierre terrestre, cueillez les tiges fleuries le matin, après évaporation de la rosée mais avant que le soleil ne soit trop chaud. On récolte les tiges avec les feuilles et les fleurs, toutes les trois comestibles. Le lierre terrestre se récolte traditionnellement fin juin, à la Saint-Jean (d’où son surnom « d’herbe de la Saint-Jean »).
Suite à votre récolte, ce que vous ne consommez pas frais doit être conservé rapidement. Selon l’utilisation que vous souhaitez en faire, séparez ou non les fleurs de la tige feuillée.
Vous pouvez conserver votre lierre par congélation ou par séchage.
La congélation est plus facile et rapide mais fait perdre des propriétés à la plante.
Le séchage au contraire, demande plus de temps mais renforce le goût et conserve au maximum les principes actifs des huiles essentielles contenues dans la plante. Faites sécher vos tiges fleuries soit en les réunissant en bouquet et en les suspendant par un fil, la tête en bas, soit en les plaçant sur des claies (cadres en bois recouverts de mousseline) et en les remuant de temps en temps. Conservez ensuite votre lierre séché dans une boite en métal ou un bocal en verre, bien clos.

En plus d’être belle à regarder, agréable à nos papilles et bonne pour notre santé, le lierre terrestre est utile au jardin. Outre le fait qu’elle couvre le sol, c’est une plante mellifère qui fleurit tôt et longtemps. Elle régale ainsi de son nectar bon nombre d’insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons,…). Et, faut-il le rappeler, la présence de ces butineurs au jardin favorise de bonnes récoltes au potager et au verger …
Alors n’attendez plus pour accueillir le lierre terrestre dans votre jardin ou le laisser s’exprimer dans votre pelouse si vous en avez déjà 😉

Et si vous souhaitez apprendre (et goûter) d’autres recettes à base de lierre terrestre ou d’autres fleurs du jardin, n’hésitez plus à vous inscrire à un des ateliers « les bienfaits des fleurs« !

Harmony.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *