Le framboisier


Aujourd’hui je vous parle d’une plante aux fruits délicieux : le framboisier (Rubus idaeus).
Rien que le fait d’évoquer son nom fait remonter bon nombres de souvenirs d’enfance. Lorsque je me régalais de ces baies bien cachée au milieu des lignes de framboisiers du jardin de mes grands-parents.

Facile à cultiver, ce serait dommage de ne pas faire pousser ces savoureux fruits au jardin !

Arbuste de la famille des rosacées, le framboisier est originaire des sous-bois et des lisières des régions montagneuses d’Europe occidentale, ce qui en fait une plante bien adaptée à nos conditions climatiques. Ses fleurs auto-fertiles blanches donnent des fruits dont la couleur varie du noir rougeâtre au jaune doré selon les variétés. Le framboisier est un arbuste drageonnant (qui produit des repousses issues de ses racines) dont les rameaux, appelés cannes, sont légèrement épineux.

Le framboisier n’est pas exigeant sur la nature du sol. Il préfère une terre légère et fraîche, plutôt acide (un souvenir de ses origines montagneuses). S’il supporte les sols calcaires, il redoute les sols argileux, trop compacts pour ses racines superficielles.

Il s’accommode de la mi-ombre, mais plantez-le de préférence dans un endroit ensoleillé, ses fruits n’en seront que plus sucrés.

Originaire des sous-bois, le framboisier appréciera un apport de compost au printemps et lors de son implantation. Et bien sûr paillez bien le sol à son pied toute l’année pour garder celui-ci bien frais et protégé.

Le framboisier étant un arbuste vigoureux, si vous n’y prenez pas garde, en quelques années les touffes deviennent inextricables, leur entretien très difficile et les récoltes moins abondantes. Il vaut donc mieux le palisser et le tailler chaque année.

Ce framboisier a besoin d’une bonne taille, les cannes sont trop serrées et une bonne partie sont desséchées.

Après une bonne taille, on y voit plus clair… peut-être même trop, mon matériel de bricolage n’est plus caché….

Pour le palisser, plusieurs méthodes existent: en éventail, en « V », …, l’essentiel étant que chaque tige reçoive suffisamment de lumière tout en étant soutenue pour ne pas céder sous le poids des fruits.

Pour sa taille, la manière de procéder dépend du type de variété du framboisier.
En effet, on distingue 2 types de variétés : le framboisier remontant et le framboisier non-remontant.

Les variétés remontantes portent des fruits sur les pousses de l’année une première fois en septembre, puis à nouveau en début d’été l’année suivante. Les variétés non-remontantes ne fructifient elles qu’une seule fois vers juin-juillet sur les pousses de l’année précédente.

Ainsi, pour la taille des variétés remontantes, supprimez à la fin de l’hiver les cannes ayant fructifié en juillet, elles se dessèchent après fructification et son donc facilement reconnaissables. Raccourcissez de 20 à 30 cm celles ayant fructifié à l’automne qui elles ne sont pas desséchées.
Pour les variétés non remontantes : après la récolte de juillet, les cannes ayant fructifié vont se dessécher et peuvent être un réservoir à maladie. Il est donc conseillé de les couper au ras du sol au mois d’août.
Dans tous les cas, que ce soit variétés remontantes ou non, supprimez les tiges mortes en les coupant à ras. Cette opération permettra d’aérer vos plants de framboisiers et de mieux exposer les fruits au soleil les rendant ainsi plus savoureux.
Pour optimiser la production, ne conservez qu’une dizaine de tiges par mètre.

Les vieilles tiges desséchées de framboisier sont facilement reconnaissables, avec un peu d’expérience 😉

Le framboisier peut se multiplier par bouturage ou par division de souche.
Bouturer le framboisier permet d’obtenir très facilement un très grand nombre de plantes à partir d’une seule tige ou racine du plant-mère. La bouture des tiges se fait en début d’été alors que celle des racines se fera en novembre.

Diviser les framboisiers permet de garder des plants vigoureux et productifs et de multiplier facilement son nombre de plants. Divisez-les entre les mois de novembre et mars, lorsque la plante est en repos végétatif.
Divisez les framboisiers tous les 2 ou 3 ans, afin d’éliminer une partie des rejets. Gardez alors environ 10 tiges par mètre linéaire. Les rejets peuvent être replantés au jardin. Si vous divisez la plante en vue de replanter les rejets dans le jardin, choisissez des rejets vigoureux. Si vous aérez le buisson de framboisier, choisissez les rejets les moins vigoureux en vue de les éliminer.
Côté maladies, le framboisier peut être atteint par plusieurs maladies fongiques comme l’oïdium, la rouille, le botrytis (pourriture grise des fruits)… gardez vos plants suffisamment aérés pour vous en prémunir.
Si le ver de la framboise (Byturus tomentosus) apprécie fortement ses fruits sucrés, nous on apprécie moins la présence de ce vers dans les fruits. Plantez des myosotis aux pieds de vos framboisiers pour tenir éloignés ces petits coléoptères.

Dans son milieu naturel, le framboisier est souvent associé à d’autres plantes telles que le hêtre, le sorbier ou le sureau. Ces plantes ont en commun un certain nombre de champignons mycorhiziens, de parasites et de faune auxiliaire qui leur permettent de se soutenir mutuellement. Les framboisiers poussant dans ces conditions montrent souvent une meilleure résistance aux maladies. En culture, il est possible que l’épandage de BRF incluant ces essences puisse renforcer leur résistance.
On cultive le framboisier surtout pour ces fruits, utilisés frais en dessert ou pour agrémenter une salade (le goût acidulé s’harmonise parfaitement avec le vinaigre), cuits en confiture, gelée, sirop et liqueur, ou encore congelés. La framboise est un des fruits les moins énergétiques tout en étant riche en vitamine C, en potassium, calcium, magnésium et fer. Elle a aussi des propriétés médicales : stimulantes, adoucissantes, rafraîchissantes et laxatives.

Mais savez-vous que les feuilles servent aussi à faire des infusions?
L’infusion de feuilles de framboisier confère de nombreux bienfaits dus à ces propriétés : aromatisantes, vitaminiques, astringentes, diurétiques, rafraîchissantes, légèrement laxatives, anti-inflammatoires, antirhumatismales, antiscorbutiques, etc.
Cette infusion soigne les soucis digestifs (diarrhées, constipations, nausées), apaise les maux de gorge (irritation, angine)et à un effet décongestionnant ( rhume et grippe).
Considéré depuis longtemps comme l’allié de la santé des femmes, on prescrit toujours les feuilles de framboisier pour préparer le travail de l’accouchement. Il n’est toutefois pas conseillé d’en boire lors des 3 premiers mois de grossesse.

N’attendez donc plus pour accueillir des framboisiers dans votre jardin 😉
Et si vous souhaitez en savoir plus sur les bienfaits des framboisiers et d’autres plantes, participez à un atelier « le bienfait des plantes: les arbres et arbustes« 

Harmony.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *