Mars au jardin


Le mois de mars sonne le glas de l’hiver. Mais ne nous réjouissons pas trop vite, les dernière gelées ne sont pas encore passées. Dans tous les cas, le printemps pointe son nez en fin de mois et les choses sérieuses peuvent commencer !

Pommier japonais.

Si vous avez suivit mes conseils, vous n’avez pas nettoyé votre jardin avant l’hiver pour laisser des abris aux auxiliaires du jardins. Il est maintenant temps de laisser la place à la nouvelle végétation en retirant les derniers reliquats de l’année dernière qui pourraient gêner les jeunes pousses. Pour ce faire, coupez simplement les anciennes tiges et laissez-les au sol, elles pourront ainsi continuer à se décomposer pour nourrir le sol et servir d’abris aux petits occupants du jardin. Nettoyez votre jardin par une journée douce et ensoleillée avant le soir, car vous risquez de réveiller quelques pensionnaires, ils auront ainsi le temps de se retrouver un abri pour finir leur sieste… Il vous faudra sans doute aussi dégager certaines plantes qui peinent à passer la couverture de mulch, surveillez fréquemment vos parterres. Profitez-en aussi pour désherber les indésirables qui s’installent (comme le chiendent, la mercuriale annuelle,…), mais avant d’arracher une plante, demandez-vous si elle est réellement indésirable: empêche-t-elle vos autres plantes de pousser? Êtes-vous certains que cette petite pousse ne va pas donner une belle fleur?… N’ayez pas la main trop lourde en désherbant, car la végétation spontanée mérite aussi sa place et peu vous réserver de belles surprises 😉

Ça nous démange depuis des mois, les semis peuvent enfin réellement démarrer.

Savez-vous toutefois quelles sont les facteurs qui agissent sur le développement de nos graines ?
Les  graines ont souvent une période de  « dormance » (état de vie ralenti durant lequel la graine ne peut pas germer). Ce mécanisme permet à la plante de germer uniquement lorsque les conditions sont complètement  favorables pour la survie des plantules. Cette période de dormance peut durer entre quelques semaines et plusieurs années. Elle est due à des propriétés de la graine qui empêchent la germination. Cette dormance prend fin quand les exigences de la graine sont rencontrées, et ces exigences dépendent de l’espèce de la graine : certaines doivent se débarrasser de l’enveloppe qui les entourent,  d’autres doivent subir une période suffisamment  froide, ou  au contraire ont besoin d’une température minimum pour germer, d’autres encore doivent recevoir une certaine quantité de lumière,… voir un mélange de plusieurs de ces conditions !  Bref la nature fait bien les choses pour ne pas que ses précieuses semences germent n’importe quand !

C’est, entre autre, pour cela qu’il ne sert à rien de semer trop tôt.  Pour bien germer les graines ont besoin de chaleur, de lumière et d’humidité. Le tout dosé différemment selon chaque espèce.
Si ces conditions ne sont pas réunies, le développement de la graine sera anormal. Par exemple, une graine qui ne reçoit pas assez de lumière durant sa germination va « filer », elle va développer une tige très longue mais trop étroite qui ne supportera pas son propre poids. Le plantule mal développé donnera une plante de faible vitalité et sera plus soumis aux attaques fongiques ou bactériologiques (exemple : la fonte des semis).

Ne soyez donc pas trop impatients pour vos semis, attendez que les conditions soient favorables. Et ça, ça dépend d’une région à l’autre et d’une année à l’autre 😉

Semis de tomates qui commencent à « filer ».

Astuce:
Pour vos semis en intérieur, semez vos graines dans des rouleaux de papier toilette. Lorsque la plante sera prête à être repiquée, mettez le rouleau directement en terre, il se décomposera bien vite. Cette technique permet de recycler, mais surtout, permet de préserver les racines lors du repiquage 😉

Mais que pouvons-nous commencer à semer en mars ?

Semis en intérieur et au chaud (20-25°C) : Aubergine, poivrons et piments, physalis, melon, .

Semis en intérieur sans forcément chauffer (15-18°C) : Pastèque, artichaut, choux (brocolis, choux-fleurs, de Bruxelles, raves), céleri rave, céleri branche, cardon, rhubarbe, tétragone, tomates (vers la fin du mois pour plantation en mi-mai pas avant sauf si vous avez une serre).

Semis en pleine terre sous abris (quand on commence à sentir le printemps) :  Carottes, épinards, salades, navet de milan, radis hâtifs, panais, choux fleurs et choux pommés (chou cabus), livèche, oignons blancs, poireaux, betteraves, concombres et cornichons, roquette, mesclun.

Plantations en pleine terre (quand on commence à sentir le printemps) : Pommes de terre (« quand le lilas fleurit » et pas avant), ail, échalotes, asperges, artichauts,  fraisiers, oignons (dits « de Mulhouse »), rhubarbe, topinambour.

Semis pleine terre: Si ce n’est pas encore fait, vous avez jusque mi-mars  pour semer les pois hâtifs et les fèves des marais. Fin du mois (15-20 mars), si la météo le permet, vous pouvez semer directement en pleine terre l’arroche, les betteraves (variétés précoces), cerfeuil, cresson, épinards, navets, oseille.

Restez vigilant et jugez les besoins de protection ou non en fonction des températures, des gelées tardives, des précipitations,…

Côté fleurs, si il fait suffisamment bon, nous pouvons commencer à semer des annuelles avec, si nécessaire, voile de protection. On peut semer  les soucis, œillets d’inde, bégonias, pétunias, capucines, centaurées, pieds d’alouette, pois de senteurs, ipomées, bourrache, ….

Côté plantes aromatiques, la plupart se sèment en intérieur, sur le rebord d’une fenêtre en godets, pour une mise en terre en mai : sauge, hysope, absinthe, aneth, coriandre, thym, verveine, origan. Le persil et la ciboulette supportant mal les repiquages, il est préférable de les semer en pleine terre.

Les entretiens à faire en mars sont la division des vivaces (pour les rajeunir et les multiplier), l’apport des derniers amendements (compost, vieux fumier,…), la taille des petits fruitiers (comme les framboisiers), mais aussi celle des rosiers, des arbustes à floraison estivale (céanothes, caryopteris, pérovskias,…), des « lianes » (glycine, vigne, bignone, chèvrefeuille), le semi de la pelouse et sa scarification en cas d’invasion de mousses. Fin du mois, vous pouvez aussi commencer les traitements préventifs avec des remèdes naturels sur vos arbres et arbustes nécessitant une protection contre les champignons (décoctions de prêles ou d’ail, purin d’orties,…).

Framboisier.

Pour rappel: il est interdit de tailler les haies entre le 15 mars et le 31 juillet pour respecter les nidifications…

Enfin, si vous avez nourrit les oiseaux durant l’hiver, continuez à le faire jusqu’au bout. Les oiseaux ont leurs habitudes et les points de nourrissage en font partie. Ils perdent beaucoup d’énergie pour se réchauffer en hiver et l’arrêt brutal du nourrissage pourrait leur être fatal car il devrait dépenser trop d’énergie pour un trouver un nouveau lieu où se sustenter.
N’oubliez pas non plus de leur donner à boire, surtout en cas de gel.

Avec la venue du printemps, on arrête tout doucement le nourrissage des oiseaux (fin du mois), mais on peut encore leur donner un coup de pouce si on a des animaux de compagnies poilus… récupérez les poils de Mirza et de Félix et accrochez-les aux branches. Les oiseaux viendront les prendre pour confectionner des nids bien chauds et douillets.

Merci le chat pour tes poils!

Ça sent le printemps !

Harmony.

Pour rappel, je vous propose de nombreux ateliers thématiques sur le jardinage au naturel pour vous aider à mieux entretenir et comprendre votre jardin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *