Graines et bulbes, comment ça fonctionne?


Connaître les plantes et leur fonctionnement permet de mieux les comprendre et donc de mieux s’en occuper.
Dans les jardineries, on vous vend des plantes entières bien sûr, mais aussi des graines ou des bulbes.
Connaissez-vous la différence entre les deux ?
Cette article va vous éclairer et vous permettra de mieux comprendre comment les planter.

La graine est un être totalement nouveau, créé par la reproduction sexuée entre deux plantes et née de la rencontre d’un ovule contenu dans la fleur et d’un grain de pollen venu d’une autre fleur de la même espèce.
La graine contient donc un mélange génétique des deux parents. Elle contient l’embryon (mini plante qui grandira au moment de la germination), une ou deux feuilles chargées de réserves (les cotylédons– une pour les monocotylédones, deux pour les dicotylédones) et une enveloppe protectrice (le tégument).

Graine de haricot (dicotylédone)

Les différents éléments de la graine

Lorsqu’une graine germe, on voit en premier des racines sortir, puis une ou deux feuilles charnues qui sont généralement différentes des  feuilles de la plante adulte. Ces premières feuilles (les cotylédons) vont nourrir la plantule le temps que celle-ci crée ces propres organes et puisse s’alimenter par elle-même. Les « vraies » feuilles apparaissent ensuite tandis que le système racinaire se développe et que le (ou les) cotylédon se « vide » de sa réserve nutritive. Lorsque l’on veut repiquer ses semis, il est donc important d’attendre que la plantule soit bien développée avant de le faire, c’est-à-dire quand les premières vraies feuilles se sont suffisamment développées.

Développement d’une graine, les cotylédons servent de « garde manger » en attendant que la plante puisse produire sa propre nourriture.

Le bulbe, quand à lui, est la forme que prennent certaines plantes pour passer l’hiver. Ce n’est donc pas une « nouvelle » plante, mais  bien une plante en « dormance ». Il compense, voir complète, la reproduction sexuée par graine si les fleurs avortent à cause des conditions de milieu (ex: perce neige, jonquilles, glaïeuls…).
C’est  une pousse souterraine verticale disposant de feuilles modifiées (les écailles) utilisées comme organe de stockage de nourriture entourant un bourgeon (organe des végétaux où se développent de nouveaux organes). Les plantes formant de vrais bulbes sont toutes des monocotylédones.
Le bulbe est donc toujours le même être vivant qui a pris une forme différente en accumulant des réserves dans des feuilles demeurées courtes et dans la courte tige qui les porte, devenant ainsi capable de résister à l’hiver.

Bulbe de jacinthe.

Les différents éléments d’un bulbe.

La formation de ces réserves se fait lorsque la plante fane en stockant les nutriments dans le futur bulbe. Au printemps, ces réserves permettront à la plante de reprendre sa forme d’été et de fleurir à nouveau.

Le développement d’un bulbe. Le nouveau bulbe se constitue jusqu’à ce que les feuilles soient entièrement fanées.

C’est pour cela qu’il faut laisser les feuilles des plantes à bulbe jusqu’à ce qu’elles soient entièrement fanées, sinon le bulbe n’aura pas assez de réserve pour repousser l’année suivante.

Voici un Calla qui l’année dernière a embelli mon intérieur. Il a passé l’hiver au sec dans une pièce non chauffée avec ses feuilles fanées. Il peut maintenant être transplanter dans le jardin.

Laissez bien les feuilles totalement se flétrir avant de les retirer. Ici les bulbes ont déjà commencés à germer. retirez les feuilles délicatement pour ne pas abimer les jeunes pousses. Les bulbes sont délicatement dégagés de leur substrat avant d’être plantés. Il ne reste plus qu’à attendre qu’ils refleurissent.

En pratique, plus une graine ou un bulbe est gros, plus les réserves constituées (dans les cotylédons de la graine ou les écailles du bulbe) sont importantes. C’est pour cela qu’en règle générale on plante les graines à une profondeur équivalente à 5 fois leur épaisseur, et les bulbes à une profondeur de plus ou moins 3 fois leur diamètre.

Ils  préfèrent  tous deux germer dans un substrat sans obstacles (petites pierres, terre trop agglutinée, déchets,…). Lorsqu’ils commencent à pousser, ils vivent sur leurs réserves (cotylédons ou feuilles de stockage). S’ils sont gênés dans leurs croissances par un obstacle, ils risquent d’épuiser leurs réserves avant d’avoir eu le temps de produire leurs feuilles, et donc leur fabrique de nourriture.

Il est aussi très important de ne pas casser la jeune pousse de la graine ou le bourgeon du bulbe, organes indispensable pour la production de la future plante. Attention donc quand vous repiquez vos semis ou que vous plantez vos bulbes.

Autre petit truc pour les bulbes ; lorsque vous les planter, veuillez à ce que le fond du trou soit bien plat et pas en « cône », sinon le bulbe n’est pas bien en contact avec la terre et de l’eau risque de s’accumuler en dessous, ce qui risque de le faire pourrir. Utilisez de préférence un plantoir à bulbe plutôt qu’une petite pelle.
Afin de protéger les bulbes de l’humidité stagnante qui risque de les faire pourrir, remplissez le fond du trou avec une couche de sable avant de déposer le bulbe dessus.

Attention à ne pas briser la jeune pousse en remplissant le trou de terre.

Le plantoir à bulbe, outil bien pratique!

Enfin, arrosez bien après la plantation, afin que la terre soit bien mise en contact avec le bulbe.

Harmony.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *