Les feuilles mortes… Une richesse mal exploitée! 4


Les feuilles mortes se ramassent à la pelle nous disait Jacques Prévert… oui, mais qu’en faire après?

Ce tas de feuilles mortes est de l’or pour votre jardin, le saviez-vous?

Pourtant,  le plus souvent, elles sont  entassées en attendant d’être brûlées ou d’être conduites au recyparc… Cela représente beaucoup d’énergie dépensée pour rien! D’autant plus que derrière vous, ces feuilles amenées au recyparc seront utilisées pour faire du terreau qui vous sera ensuite revendu…

Oui, mais que faire de toutes ces feuilles?

Attention toutefois concernant les feuilles « malades » des rosiers ou fruitiers, ainsi que celles de noyers (qui contiennent de la juglone, toxique pour bon nombre de plante et anti-germinatif). Pour ces feuilles peu désirables, un compostage de plus d’un an est nécessaire. Les feuilles riches en tanins (comme celles du chêne) mettent longtemps à se décomposer, pour accélérer le processus, déchiquetez-les en les passant sous la tondeuse 😉

Plusieurs solutions s’offrent à vous:

Mulching du sol: Protégez vos sols et plantes des intempéries et mauvaises herbes.

berberis

En les déposant entières ou broyées (un coup de tondeuse dessus), et ce sur une quinzaine de cm d’épaisseur, sur vos parterres de fleurs, votre potager, aux pieds de vos haies ou arbres…

Non seulement leur décomposition va enrichir le sol, mais aussi, elles vont lui servir de couverture!
Les plantes s’y trouvant seront protégées du froid et le sol sera moins exposé à la dégradation provoquée par les intempéries (tassement, lessivage,…).
De plus, les adventices indésirables auront nettement plus de difficulté à s’installer.
Ce paillage servira aussi en été, agissant comme une véritable éponge, il évitera au sol de se dessécher.

Bref, une vraie couverture de protection à votre disposition!

Création d’une nouvelle zone de plantation:  Laissez la nature faire le travail à votre place.

carton

L’automne est le moment idéal pour créer une nouvelle zone de plantation, que ce soit pour un futur parterre fleuri ou un coin potager.

Comment faire? Rien de plus simple!

Après avoir tondu ou fauché la zone concernée, étendez-y une couche de carton et recouvrez le tout avec une bonne couche de feuilles mortes (20 cm minimum).

Dès le printemps, cette zone sera prête pour accueillir de nouvelles plantes! Vous aurez à votre disposition un sol meuble et enrichi sans un seul coup de bêche.

Compost: Un vrai boost pour faire un compost de qualité.

Pour faire un bon compost, il faut alterner les matières riches en azote (« vertes et humides », notamment les tontes de gazon) et celles riches en carbone (« brunes et sèches», dont les feuilles mortes). Plutôt que de jeter cette précieuse ressource, composter-là.

Terreau de feuilles: L’or noir à portée de tous.

Stockez vos feuilles en un tas rectangulaire à l’ombre mais pas à l’abri de la pluie, retournez-le environ tous les 3 mois et veillez à ce qu’il ne se dessèche pas. Au bout d’un an, vous obtiendrez un terreau acide, il vous faudra patienter un an de plus pour obtenir un terreau neutre qui deviendra de plus en plus alcalin avec le temps. Vous pouvez aussi mettre vos feuilles dans un sac poubelle noir percé de trous, secouez-le de temps en temps et ne le laissez pas devenir sec.

Stockage: Pour disposer de cette richesse toute l’année.

silo

Un « cylindre » constitué d’un morceau de grillage et de quelques piquets dans un coin du jardin pourra accueillir le surplus de feuilles mortes.

Elles seront ainsi disponibles au printemps et en été pour continuer le mulching et le compost.

On peut aussi les stocker en tas le long d’une pile de bois par exemple.
Elles serviront alors en plus d’abris pour les hérissons et autres hôtes du jardin durant l’hiver!

Et si, comme moi, vous n’avez pas suffisamment d’arbres chez vous pour vous offrir cette précieuse ressource, n’hésitez pas à aller demander au voisin qui peine à entasser ses feuilles pour une future combustion… J’attends d’ailleurs que le mien fasse son deuxième ramassage pour finir de protéger mes parterres et remplir mon « silo à feuilles »

Votre coach.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Les feuilles mortes… Une richesse mal exploitée!

  • Henry

    Génial !!!

    Merci pour vos conseils !

    Une petite question, pour éviter que les feuilles mortes s’envollent hors de la zone, dois-je prévoir une sorte de couvercle ou bâche ?

    Les mailles du silo doivent être grandes pour éviter que les hérissons se coincent ?

    Merci pour votre retour …

    Jean-Marc Henry

    • Harmony Auteur de l’article

      Bonjour et merci pour votre commentaire 😉

      Pour éviter que les feuilles ne s’envolent je mets des branches, pierres et autres poids naturels dessus. Après quelque temps, les feuilles commencent à se « lier » au sol et ne s’envolent plus. ça fonctionne aussi pas mal contre les oiseaux gratteurs (poules et merles par exemple).

      Un hérisson peut passer au travers d’un trou de 10 cm de diamètre.