La cendre de bois ? Tout sauf un déchet ! 4


Bien au chaud calfeutré dans votre fauteuil, vous profitez chaque soir de la douce chaleur que vous procure votre feu de bois. Cependant, une fois venu le temps de nettoyer votre cheminée, vous vous demandez vite que faire de toute cette cendre ? Certainement pas la jeter !

La cendre est tout sauf un déchet!

Elle peut bien sûr être très utile au jardin mais à condition de ne pas en abuser !
N’y déversez donc pas vos seaux de cendres n’importe comment…

Suivez les conseils de votre coach pour savoir comment utiliser correctement la cendre de bois au jardin mais aussi dans votre maison.

Quelles cendres peut-on utiliser ?

Commençons par le commencement en précisant que seules les cendres issues de bois non traité peuvent être utilisées.

Exit les cendres de bois peint ou vernis, les cendres de charbon, les cendres du cendrier, … toutes ces cendres sont toxiques (métaux lourds, résidus soufrés, …) pour vous, vos plantes et votre sol.
Concernant l’utilisation des cendres issues de pellets, tout dépend de la qualité des pellets en question…

Les cendres de vieux journaux (en quantité), de cartons « vernis », de plastiques divers et bien sûr des allume-feux chimiques contiennent aussi des produits nocifs, pensez-y quand vous allumez votre feu et préférez l’utilisation d’allume-feux naturels du commerce ou trouvés dans le jardin : pomme de pin sèche, mousse sèche, fagots bien secs de ronces, chardons, tiges à moelle…

Seule la cendre de bois non traité peut être utilisée.

On peut aussi utiliser les cendres issues de la combustion de nos « déchets » de jardins, mais vos feuilles mortes, tontes de pelouse, tailles de haies et autres seront bien mieux valorisés en tant que mulch ou compost ! Les brûler n’a donc aucun sens si ce n’est relâcher stupidement du carbone qui serait bien plus utile ailleurs et emm**der le voisinage !

Une fois vos cendres bien refroidies et récoltées, il suffit de les tamiser et de les conserver dans un récipient hermétique à l’humidité. Elles pourront ainsi garder leurs propriétés longtemps et être utilisées au moment voulu.

Zoom sur la cendre:

Résidu de la combustion du bois, la cendre est riche en éléments minéraux, elle contient principalement de la chaux (20-25%), de la silice (14%) et du potassium (3-10%), mais aussi du magnésium (1 à 4 %), du phosphore (0,5 à 2 %), des oxydes de de fer et du manganèse.
Cette richesse en fait un engrais (*) naturel riche en potasse à utiliser avec parcimonie !

La plupart de ses constituants étant alcalins, le pH (*) de la cendre est assez élevé (9 à 13). C’est pourquoi la cendre peut être utilisée pour corriger le pH du sol quand celui-ci est trop acide.

Sa haute teneur en silice en fait une poudre abrasive issue d’une combustion (et donc stérile !). Cette dernière particularité nous sera utile pour nettoyer ou assainir…

La cendre, de par son alcalinité et à l’instar du bicarbonate de soude, a la capacité d’absorber et de neutraliser les mauvaises odeurs.
Elle est antiseptique et comestible (à petite dose).

L’or gris du jardinier et de la ménagère!

Enfin, la cendre est légèrement caustique, portez toujours des gants lorsque vous la manipulez.

Utilisations au jardin :

Avec parcimonie !

Quelle que soit l’utilisation que vous en faites au jardin, allez-y mollo sur la quantité !
Dans la nature, tout est question d’équilibre, et l’équilibre de votre sol et de vos plantes peut être sérieusement perturbé si vous abusez de la cendre.

Sa richesse en éléments minéraux peut en effet troubler l’assimilation des éléments nutritifs des plantes ; l’excès de Potassium engendre une mauvaise assimilation du Magnésium et d’autres éléments essentiels, tandis que l’excès de Calcium va bloquer l’assimilation du fer.
Son Ph élevé va également déséquilibrer les échanges entre les plantes et le sol car les nutriments seront plus difficilement dissous (et donc moins accessibles aux plantes) et l’absorption de certains minéraux (phosphore, manganèse, fer,..) sera réduite.

L’excès de calcium contenu dans la chaux peut détruire l’humus de votre sol et entraîner la libération de l’azote sous forme gazeuse et donc un gros risque de faim d’azote.

De plus, l’excès de cendre peut asphyxier le sol, car elle a tendance à se colmater, et perturber la faune du sol.

Mauvaise utilisation de la cendre: elle doit être bien tamisée et bien plus étalée.

Vous l’aurez compris, la cendre ne s’utilise pas n’importe comment au jardin au risque de faire pire que mieux.

Mais rassurez-vous, c’est la dose qui fait le poison, si vous ne dépassez pas 70 à 100 g de cendre par m² et par an, vous ne risquez pas de déséquilibrer votre sol ni de nuire à vos plantes ; En pratique, cela correspond à 1 à 2 poignées de cendres/m²/an, pas plus !

Mais comment peut-on l’utiliser au jardin ?

Amendement pour le sol :

Plutôt que d’acheter de la chaux, vous pouvez utiliser les cendres de bois pour corriger l’acidité d’un sol, mais avant d’aller en épandre à tout va, voici quelques précisions sur l’origine et l’impact de cette acidité.

Le Ph d’un sol va grandement influencer les cultures que l’on peut faire dessus. L’idéal étant une terre légèrement acide (6,5) qui convient à la majorité des plantations.
Un sol au pH élevé est toxique pour des plantes acidophiles, à l’inverse, un sol acide (pH<5,5) est néfaste pour presque toutes les autres plantes. C’est bien pour cela qu’il est important de connaitre l’acidité de son sol lorsque l’on choisit les plantes que l’on va installer au jardin.

L’acidité de votre terre dépend principalement de la nature de la roche mère qui se trouve en-dessous ; si celle-ci est acide, votre sol aura naturellement un pH bas, si elle est calcaire, votre sol le sera aussi. L’ajout de cendres pour corriger fortement l’acidité d’un sol dont la roche mère est acide est donc un peu comme écoper une barque qui fuit à la petite cuillère…

Par contre, le pH naturel d’un sol peut être perturbé en surface par des éléments qui vont l’acidifier. C’est le cas par exemple, lorsqu’il y a des pluies acides ou si on a abusé des engrais chimiques (ou qu’on les utilise sur une longue période). Pour rappel, l’usage d’engrais chimique est banni du jardinage au naturel, mais vous n’êtes pas responsable de la maltraitance du sol infligée par le propriétaire précédent (ou depuis vous avez appris à jardiner plus naturellement).
Lorsque la source d’acidification cesse, le sol, s’il est toujours vivant, retrouve naturellement son pH d’origine à son rythme… un coup de pouce avec de la cendre peut alors s’avérer utile…

Un autre élément non négligeable qui provoque l’acidification des sols est la mauvaise décomposition de la matière organique (et la matière organique se décompose mal s’il y a trop d’acidité… cela peut devenir un cercle vicieux), le sol est le système digestif de la Nature et comme pour nous, parfois la digestion se passe mal.
Lorsque les microorganismes du sol digèrent la matière organique, ils libèrent des substances acidifiantes, un peu comme notre estomac. Si la décomposition se fait dans de bonnes conditions cette acidité est naturellement régulée, mais si elle se passe dans de mauvaises conditions (pas assez d’air, pas assez ou trop d’eau, pas assez de chaleur, pas assez d’azote, matière difficilement décomposable, …) les substances acidifiantes sont libérées par les micro-organismes en plus grande quantité et il en résulte un humus acide, un reflux gastrique.

Ce phénomène est flagrant sous une sapinière. Le sol y est acide et pratiquement rien n’y pousse. Cela s’explique par la mauvaise décomposition de la litière. Sous une sapinière, la litière est composée des aiguilles des conifères, et celles-ci sont difficilement biodégradables, elles ont une cuticule cireuse, sont bien rigides (C/N 30) et ont tendance à se tasser et à asphyxier le sol. De plus, le couvert des sapins est très dense, de sorte que l’eau de pluie n’atteint le sol qu’en coulant le long du tronc et non pas sur l’ensemble de la surface du sol. Ajoutez à cela la rude compétition de l’eau avec les racines des sapins, le manque de chaleur due à l’absence de soleil, le manque de biodiversité due à la monoculture et la durée de ce type de plantations et vous obtenez de quoi acidifier un sol en profondeur… Vous noterez que cela arrange le sapin qui préfère un sol acide (il se crée des conditions idéales) mais pas le jardinier qui souhaiterai installer son potager sur l’emplacement d’une ancienne sapinière.

La mauvaise décomposition des aiguilles de pins entraine une acidification du sol.

C’est de là que vient la mauvaise réputation des aiguilles de conifères pour le mulch, mais si celles-ci sont mélangées avec d’autres feuilles leur permettant une bonne aération et une décomposition plus rapide, il n’y a aucun risque d’acidification du sol.
C’est aussi une des nombreuses raisons pour laquelle il faut veiller à un bon équilibre C/N lors du compostage ou du mulching, tout comme nous, le sol doit manger varié et équilibré pour s’assurer une bonne digestion.

Une autre source d’acidification des sols, ce sont les plantes elles-mêmes. En effet, les racines en plein développement émettent des ions H⁺ pour se frayer un chemin. Je vous rassure, l’impact est infime, mais c’est bon à savoir quand les plantules sont nombreuses et en pleine croissance dans le potager…

Ce long interlude sur le pH du sol me semblait nécessaire avant de vous parler de l’utilisation de la cendre pour son pouvoir alcalinisant.
La cendre fraiche a un Ph très basique, autour de 13, celui-ci diminue lorsque la cendre vieillit et descend à 9 au bout de 3 mois.
Pour cette raison, on n’épandra jamais de cendres aux pieds de plantes acidophiles (à moins de vouloir les faire mourir), ni sur un sol au pH déjà élevé (sol calcaire).

Jamais de cendres sur des plantes acidophiles: rhododendron, rhubarbe, myrtilles, magnolia,…

La cendre a un pouvoir alcalinisant sur le sol mais d’assez courte durée. Pour corriger le pH d’un sol naturellement acide, il vous faudrait une grande quantité de cendres, or on a vu que la cendre était un engrais à utiliser avec parcimonie, ce qui n’est absolument pas compatible avec les doses et la répétition de leur ajout qu’il faudrait pour influencer significativement et durablement le pH du sol. Si votre sol est naturellement acide, optez pour des plantes adaptées (acidophiles) ou des supports de culture adéquats.

Plantes acidophiles (4<pH<6) : Châtaignier, chêne, chicorée, conifères, échalote, endive, fenouil, fougère, framboisier, lin, lupin, magnolia, mousse, myrtillier, œillet d’Inde, patate douce, pomme-de-terre, rhubarbe,…

Plantes de sol neutre (6<pH<7) : Abricotier, aubergine, céréales, cerisier, citrouille, courge, fraisier, groseillier, haricot, moutarde, navet, panais, pêcher, persil, poirier, pois, pommier, raisin, sarrasin, soja, tomate,…

Plantes de sol calcaire (7<pH<7,5) : Asperge, betterave, blette, brocoli, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, concombre, courgette, épinard, laitue, luzerne, oignon, poireau, trèfle,…

La cendre aura par contre toute son utilité pour corriger légèrement le pH d’un sol si celui-ci est un chouilla trop acide ou en prévision d’une culture qui va apprécier une légère hausse de pH (betterave, carottes, oignons, …).

En plus de la correction légère de l’acidité, le calcium a un rôle actif dans le bon fonctionnement du complexe argilo-humique et donc dans la fertilité du sol, raison de plus pour en ajouter un peu (si votre sol n’est pas calcaire, sinon vous obtiendrez l’effet inverse et une destruction de l’humus!).

Pour épandre la cendre, la période idéale traditionnelle est la toute fin de l’hiver (mars-avril), car la potasse soluble des cendres est facilement lessivable par les pluies et n’est pas absorbée par les plantes durant leur période de repos. Mais ça c’est valable pour des sols nus et avec un griffage du sol pour y incorporer la cendre.
Vu que vous suivez assidûment mes conseils, votre sol est mulché… Ce qui vous permet d’épandre vos cendres directement sur le paillis en place dès l’automne et durant tout l’hiver sans craindre le lessivage du phosphate, mais toujours sans excès (2 poignées/m²/an maximum). Une fois la cendre épandue, il suffira d’agiter un peu le mulch pour qu’elle « glisse » dedans et ne risque plus de former une croûte superficielle sous la battance de la pluie.

Pour le compost ou le mulch.

Le pouvoir alcalisant de la cendre vous sera aussi utile pour corriger l’acidité d’un mulch mal équilibré (trop de résineux, de feuilles « acidifiantes », …) ou d’un compost trop acide (avec beaucoup de résineux, de pelures d’agrumes, de marc de café, …).

Si votre compost refoule un peu trop en été, rappelez-vous que la cendre désodorise, elle permet donc d’atténuer les désagréments olfactifs que certains déchets peuvent apporter…
Autre désagrément que l’ajout de cendre dans le compost peut nous épargner, son odeur fait fuir les rats.

Un peu de cendres au compost lui fera le plus grand bien.

Gardez bien en tête que, de part sa texture fine la cendre a tendance à gêner la bonne aération d’un compost et à ralentir l’activité bactérienne et donc sa bonne décomposition. Le risque d’asphyxie est d’autant plus grand dans les composts tassés et humides (en hiver donc).
Inutile donc d’espérer pouvoir composter tout votre surplus de cendre, vous ne pourrez y mettre qu’une poignée de temps en temps, entre chaque couche.

Engrais pour les plantes :

Les cendres contiennent de nombreux éléments nutritifs directement assimilables par les plantes, ce qui en fait un bon engrais naturel.
Elles sont riches en potasse (stimule le développement des racines, des fleurs et des fruits), en silice (rôle important dans l’assimilation et le métabolisme des plantes), magnésium (principal constituant de la chlorophylle), phosphore (rôle essentiel dans la photosynthèse(*)), …

Pour utiliser une valeur de comparaison par rapport aux engrais du commerce, le NPK (*) de la cendre est de 0 -2- 17,5 et pour les amateurs d’engrais « bio-maison », c’est un engrais bien plus riche en potasse que celui à base de peau de banane.

Un léger apport de cendre sera donc le bienvenu au potager entre vos légumes fruits (fraisier, tomate, aubergine, courge, haricot, pois, …),vos légumes fleurs (artichaut, chou-fleur, brocoli,…), et vos légumes racines (carotte, radis, pomme de terre, oignon, ail, échalotes, fenouil, céleri…).
N’épandez cependant pas de la cendre sur des zones de semis en période de germination, la cendre contient du sel (carbonate de potassium), qui bloque légèrement le phénomène de germination mais n’affecte pas les plantes adultes.

Les légumes fruits, particulièrement les tomates, apprécieront un léger apport de cendres.

Un peu de cendre fera énormément de bien au verger au pied des arbres et arbustes fruitiers sur toute la surface de leur couronne ainsi que dans les massifs fleuris aux pieds des rosiers, pivoines, … toutes les plantes dont vous voulez magnifier la floraison ainsi que pour les bambous (ils apprécient la silice).

L’apport de cendre pour engraisser les plantes se fera au printemps (mars-avril) pour les vivaces, arbres et arbustes et en amont des semis/plantations (mars-avril) ou bien encore en cours de culture (été) pour les légumes gourmands et les oignons. Mélangez-la toujours avec le mulch ou incorporez-la au sol par griffage pour ne pas qu’elle forme une croûte asphyxiante.

Pour les quantités, vous l’avez compris, on y va mollo et en fonction du pH du sol :
si celui-ci est calcaire (pH>7) aucun ajout de cendre ;
si votre sol est de pH>6,5 vous épandrez 1 poignée/m²;
s’il est plus acide (pH < 6), ce sera 2 poignées/m² et cela bien sûr si vous n’en avez pas utilisé pour amender durant l’hiver (l’apport peut se faire en plusieurs fois tant qu’on ne dépasse pas la dose annuelle).

Vous pouvez aussi vous concocter un engrais liquide à base de cendre pour vos balconnières fleuries en diluant 100 gr de cendres pour 10 litres d’eau.

Etalez bien la cendre sur le pourtour des plantes et incorporez-la bien au mulch.

Pour la pelouse :

Contrairement à ce que racontent certaines légendes de Bébert(*), la cendre ne permet pas de détruire la mousse, mais elle permet d’en limiter son apparition. Si votre pelouse en est envahie, inutile d’y déverser des seaux de cendres… Apprenez à apprécier votre tapis de mousse ou repartez sur une bonne base pour obtenir un beau gazon !

Dépourvue d’azote, elle ne va pas non plus aider à la croissance de l’herbe.

Par contre, apportée en petite quantité en automne sur votre pelouse, la cendre va être bénéfique pour l’activité microbienne du sol et celle des vers de terre. Et des vers de terres et bactéries en forme, c’est la garantie d’obtenir un sol bien drainé et aéré. Et ça, votre pelouse adore, mais pas la mousse !

Votre pelouse appréciera la cendre si votre sol n’est pas déjà calcaire.

Pour lutter contre les indésirables :

Une des utilisations les plus connue de la cendre au jardin est certainement la « barrière anti-limace ».
Encore un mythe de Bébert !
Même si l’effet caustique des cendres déplait aux limaces (elles se moquent de son effet abrasif sur lequel elles glissent), celui-ci disparait dès que la cendre devient un peu humide. Il faut donc renouveler régulièrement votre muraille de cendre pour que celle-ci soit efficace… et donc utiliser de grandes quantités de cendre au même endroit. Normalement maintenant vous savez pourquoi c’est une mauvaise idée, sinon, allez relire le paragraphe « avec parcimonie ! ».

Mais pas besoin d’en faire une muraille pour qu’elle nous aide à lutter contre certains indésirables du potager. Soupoudrée au pieds des légumes les plus sensibles à raison d’une poignée/m², elle éloigne les altises, sitones et pucerons ainsi que les gastéropodes (mais sur sol argileux et cela ne doit pas être le seul moyen de les contenir).

Les pucerons n’apprécient guère la cendre…

Toujours au même dosage mais entre les lignes, la cendre permet aussi de lutter contre la pourriture blanche (sclérotiniose) des oignons, échalotes, poireaux… et limite les risques de pourriture grise (botrytis).

Au verger, la cendre de bois remplace également le lait de chaux traditionnellement badigeonné sur le tronc des arbres fruitiers pour étouffer les parasites et insectes vecteurs de maladies réfugiés dans les anfractuosités de l’écorce.
Pour cela, il vous suffit de délayer un peu d’eau dans la cendre tamisée jusqu’à obtenir la consistance d’une pâte à crêpe et d’appliquer votre mélange sur toute la hauteur du tronc. L’opération sera à renouveler tous les 3 ou 4 mois environ car les pluies ont tendance à lessiver l’enduit de cendre. Le badigeon possède également des propriétés légèrement isolantes, il protège un peu les troncs des dégâts que peut faire le gel.

Je ne vous conseillerais toutefois cette pratique que si votre production de fruitiers est vraiment menacée. Le badigeon de cendre va certes étouffer les parasites, mais il ne fera aucune distinction avec d’autres insectes inoffensifs ou même utiles qui auraient choisi l’endroit pour s’y abriter. En tuant les indésirables, on tue aussi leurs prédateurs et d’autres petits êtres qui participent à l’équilibre du jardin. C’est donc un traitement à utiliser en curatif si les pertes dues aux parasites sont trop importantes, mais certainement pas en préventif, du moins, si vous voulez jardiner avec la nature et pas contre elle.

La cendre, badigeonnée sur les plaies de coupe si vous n’avez pas pratiqué une taille douce, aide à la cicatrisation des arbres et aide à freiner l’écoulement de sève.

Pour la conservation de vos bulbes :

Les bulbes déterrés et entreposés pour la mauvaise saison seront mieux conservés dans la cendre.
Dans une caissette, mettez une couche d’environ deux centimètres de cendres, posez les bulbes dessus, sans qu’ils se touchent entre eux et recouvrez d’une nouvelle couche de cendres, alternez ensuite les couches cendres/bulbes.

Pour la santé de vos poules :

Je vous parle déjà longuement de la manière de les élever dans mon article « des poules au poil ! », mais voici plus spécifiquement quelques manières de valoriser vos cendres de bois au poulailler.

La cendre, abrasive et stérile, est un excellent antiparasitaire pour vos poules.
Mettez-en dans une bassine à l’abri de la pluie pour leur faire un bain sec et bon pour leurs plumes (véritable savon naturel), elles pourront ainsi prendre soin de leur plumage tout en se débarrassant des tiques, poux et puces. Vos poules ne seront pas les seules à apprécier le bain de cendre, celui-ci conviendra à tous les oiseaux.

Soupoudrez-en également dans les nids pour lutter contre les poux rouges et autres parasites (à l’instar de la terre de diatomée).

Le bain de cendre? C’est excellent pour mon brushing!

Vous pouvez également en ajouter à la litière du poulailler, elle aidera à assécher les excréments et va en absorber les mauvaises odeurs ! Idem dans les tiroirs à déjections si votre poulailler en est pourvu.

Pour le grand nettoyage du poulailler, plutôt que de laver à grandes eaux ou avec des produits chimiques, utilisez de la cendre. Bombardez les parois de votre abri avec celle-ci et frottez ensuite avec une brosse, tout simplement.

En ajout à leur ration quotidienne, comme additif alimentaire, les cendres de bois apporteront de bons nutriments pour nos poules, notamment le calcium bien nécessaire pour la coquille de leurs œufs. L’ajout de cendres de bois à raison de seulement 1% du poids total des graines augmente la fréquence de la ponte et contribue également à réduire l’odeur du fumier de poulet (aide à prévenir la formation d’ammoniac et donc sa teneur dans les excréments).

La cendre a des propriétés antibactériennes, elle peut être utilisée comme cicatrisant pour prévenir l’infection des plaies. En outre, lorsqu’elle est appliquée localement dans la zone touchée, la cendre arrête le saignement, comme de l’amidon.

Pour lutter contre la prolifération d’algues :

Les nutriments présents dans la cendre (particulièrement le potassium) vont favoriser le développement des plantes aquatiques et leur enracinement, ce qui les rends plus apte à concurrencer les algues. De plus, la croissance des algues sera aussi ralentie par l’apport de cendres.
Mais comme toujours, attention aux quantités ! Une cuillère à soupe de cendre pour 4000 litres d’eau suffit, pas besoin d’en mettre plus.

Pour éviter les glissades !

La cendre de bois est particulièrement efficace en cas de gel car elle fait fondre la glace grâce à sa richesse en carbonate de potassium. Plutôt que du sel, épandez de la cendre pour dégeler vos allées, escaliers, cours, devants de porte ou trottoirs.
L’avantage par rapport au sel, c’est que la cendre n’est pas corrosive et est bien plus écologique. Elle n’attaque pas le métal ou le béton et est sans danger pour votre jardin et vos animaux de compagnies.
Par contre, cette méthode est assez salissante, prévoyez un bon paillasson pour essuyer les chaussures !

Risque de glissade? Mettez un peu de cendre!

La cendre de bois sera aussi très utile si votre voiture est bloquée par la neige. Versez directement de la cendre devant les roues, l’adhérence sera ainsi bien meilleure et vous devriez pouvoir débloquer votre voiture facilement.

Utilisations à la maison :

Si vous êtes amateur de feu de bois et que votre cheminée crépite tout l’hiver, vous n’aurez pas assez de votre jardin pour recycler vos cendres. Mais rassurez-vous, il y a bien d’autres manières de valoriser vos cendres de bois !

Pour nettoyer vos vitres et faire briller vos objets en argent et en cuivre :

La cendre est légèrement abrasive, ce qui va nous permettre de récurer sans griffer.
Que ce soit pour faire briller vos fenêtres ou votre argenterie, la méthode est la même.

Prenez quelques feuilles de papier journal (ou un chiffon), faites-en une boule que vous humidifiez légèrement. Trempez-la ensuite dans la cendre de bois bien tamisée et frottez ! Essuyez ensuite le surplus avec une lavette microfibre.

Cette technique est idéale notamment pour nettoyer les résidus de combustion, comme sur la vitre de votre insert à bois ou votre four !

Une fois bien refroidie, cette cendre pourra servir à nettoyer la vitre de l’insert.

Pour faire de la lessive :

On a tendance à l’oublier, mais les cendres de bois, de par leur richesse en potasse (qui dissout les graisses), ont longtemps été utilisées pour la fabrication de savon.
Il était aussi de notoriété publique que laver son linge à des endroits bien précis de certaines rivières le rendait bien plus propre; ces endroits étant tous situés en aval de lieux dédiés aux bûchers funéraires…
Plus simplement, on peut aussi fabriquer sa lessive en extrayant la potasse de la cendre avec de l’eau, c’est donc une simple macération.

Pour réaliser votre lessive maison, versez dans un seau 50 gr de cendres et 1 litre d’eau puis mélangez. Laissez ensuite la mixture reposer une bonne journée. Vous pouvez utiliser de l’eau chaude pour un temps de macération plus court.
Le lendemain, le liquide doit être un peu visqueux, sinon, remuez-le une nouvelle fois et laissez-le macérer encore une nuit supplémentaire. Si la consistance est bonne, filtrez le mélange eau et cendre avec un tissu. S’il reste des particules de cendres à la surface, laissez le liquide reposer pour que les cendres tombent au fond et récupérez seulement le liquide à la surface. Vous pourrez conserver votre lessive deux mois dans une bouteille fermée.

Pour l’utiliser, il suffit de verser 1 verre de votre lessive dans la machine à laver pour 5 kg de linge. Pas besoin de mettre de l’assouplissant : la lessive à la cendre est très douce avec les fibres textiles, elle ne les agresse pas, contrairement aux lessives industrielles.

Par contre, tout comme la lessive au lierre, elle n’a aucune odeur, ce qui peut en dérouter plus d’un. Pour parfumer votre linge, vous pouvez ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou de citron à votre lessive. Ou alors, vous pouvez simplement désintoxiquer votre nez de toutes ces senteurs et vous dire que l’important n’est pas l’odeur du linge mais la vôtre… Mes derniers propos peuvent vous heurter, moi ce qui me heurte c’est l’usage des huiles essentielles à tout va sachant la quantité de plantes nécessaires pour fabriquer 1ml de ces huiles… Après tout, est-il vraiment nécessaire que vos petites culottes sentent la rose ?

Quoiqu’il en soit, cette lessive 100% naturelle lave parfaitement bien le linge, elle est particulièrement efficace sur les taches organiques comme les taches de sang, de nourriture ou d’huile mais montre ses limites face aux taches de boue. Pour encore plus d’efficacité, vous pouvez frotter les taches importantes sur le linge à l’aide d’un savon noir avant de le passer à la machine ou même, si c’est une tache de graisse, la saupoudrer de cendres et laissez agir 5 minutes avant de frotter avec de la mie de pain.

La lessive à la cendre a par contre une fâcheuse tendance à griser le linge blanc. Ne l’utilisez que sur du linge foncé ou alors ajoutez un peu de percarbonate de soude dans le tambour de la machine.

Pour nettoyer un peu tout…

Avec cette lessive de cendres, vous pouvez nettoyer le linge, mais aussi toutes les surfaces (sol, plan de travail, …) et même le marbre.

Les cendres sont aussi parfaites pour ravoir une casserole ou un plat carbonisé. Il vous suffit de recouvrir la partie cramée d’eau, d’y mettre de la cendre et de laisser bouillir quelques minutes. Un coup d’éponge et votre casserole sera comme neuve.

La cendre est un puissant dégraissant comestible. On peut donc aussi l’utiliser pour faire le reste de sa vaisselle. Il suffit d’un petit volume d’eau auquel on ajoute une poignée de cendres de bois. Utilisez cette mixture grise pour frotter votre vaisselle puis rincez, ce sera propre.
Attention toutefois, il n’est pas recommandé de nettoyer en permanence la vaisselle avec des cendres, car si celles-ci sont dégraissantes, elles ne sont pas antibactériennes. Les cendres de bois sont donc à utiliser principalement en cas de plats incrustés de graisse, ou en dépannage.

Cendres + eau = crème à récurer dégraissante multi-usages.

Cette pâte grise, mélange de cendres bien tamisées et d’un peu d’eau, vous servira pour bien plus que la vaisselle, je l’ai testée et approuvée!
C’est une crème à récurer dégraissante qui vous sera utile dans bien des cas: on peut l’utiliser pour nettoyer les plaques de cuisson (vitrocéramiques aussi), l’évier, la baignoire,… . même sur les meubles en bois, utilisez simplement cette pâte à base de cendre et d’un peu d’eau avec un chiffon et… frottez.

La cendre peut même servir pour se brosser les dents (occasionnellement, ne surtout pas en abuser si votre dentition nécessite du fluor) ou pour se laver les cheveux (particulièrement s’ils sont gras) !

Pour supprimer les mauvaises odeurs :

Saupoudrez directement de la cendre sur les endroits qui sentent mauvais (la litière du chat, du lapin, le pelage du chien, les toilettes sèches …).
De surcroît, si vous utilisez une litière biodégradable, son assimilation se fera mieux au compost puisque les cendres vont aussi corriger l’acidité de l’urine…

Pour éliminer les odeurs tenaces dans le frigo, mettez-y une assiette de cendres. Changez la cendre jusqu’à ce que l’odeur disparaisse complètement.

Pour désodoriser la litière de votre chat, saupoudrez un peu de cendres, c’est mieux que les poudres du commerce.

Pour faire fuir les indésirables :

À l’intérieur aussi la cendre peut vous aider à vous prémunir de quelques indésirables.

Elle permet de dérouter les fourmis en l’épandant sur leur piste.

Pour faire fuir les souris et les rats et les insectes indésirables (cafards, blattes, …), faites des petits tas de cendres de bois dans les coins de votre maison et les recoins de votre placard.

Dans le panier du chien ou du chat contre les puces, tiques ou poux et/ou en frottement dans leurs poils (toujours comme pour de la terre de diatomées).

Pour protéger vos vêtements contre les mites durant des années, saupoudrez un peu de cendres sur les vêtements de votre penderie. Quand vous voulez les porter, il suffit de les secouer pour enlever la cendre.

Pour cuisiner :

On l’a vu, la cendre de bois est comestible et peut apporter pas mal de nutriments, mais de là à en manger volontairement…
Et pourtant la cendre de bois est en fait un élément de plusieurs cuisines traditionnelles, et certaines recettes ne peuvent tout simplement pas être faites sans cela.
Ainsi, on retrouve la cendre ou la lessive de cendre comme ingrédient dans certains fromages, dans les bretzels (de nos jours on utilise plutôt du bicarbonate de soude), les bagels, certains fromages, la Moustalevria (pudding grec), les Melomakarona (biscuits grecs), les nouilles chinoises, de nombreux plats nordiques à base de poisson (Lutfisk, Surströmming,…) et tant d’autres plats aux noms imprononçables.

Certains fromages contiennent de la cendre, ici le Valençay.

La cendre de bois est même utilisée dans la haute cuisine pour créer des saveurs uniques qui diffèrent selon le type de bois utilisé pour faire les cendres…

La cendre peut aussi servir pour conserver et aromatiser des aliments.
Vous avez déjà tous entendus parler du fameux « œuf de 100 ans », mais sans allez jusque-là, sachez que vos œufs se conserveront bien plus longtemps dans de la cendre, tout en les aromatisant cependant d’un léger goût de moisi au bout de quelques mois…
Certains fromages (gruyère et pates dures), saucissons, jambons, et autres peuvent être conservés (et gagner en saveur) grâce à la cendre. Sur lit de cendre, en bocaux avec de la cendre, saupoudré de cendre,… Il existe différentes méthodes selon chaque produit.

Pour éteindre un feu :

Pour éteindre un feu, il suffit de l’étouffer en l’enterrant sous de la cendre.

Pour fabriquer de la colle :

On peut même fabriquer de la colle à partir de cendres de bois et plus exactement de lessive à la cendre (recette plus haut).
Pour cela, faites chauffer du lait entier, retirez-le du poêle et ajoutez suffisamment de vinaigre pour le faire cailler, puis retirez les solides à la cuillère. Pressez-les pour les sécher puis mettez-les dans un bol propre. Ajoutez suffisamment de lessive à la cendre pour obtenir un liquide épais et crémeux.
Conservez votre colle à la cendre dans un bocal à couvercle bien vissé.

Pour bien d’autres choses encore !

La cendre sert depuis très longtemps et dans le monde entier pour de nombreuses autres utilisations.

Dans le grand Nord, elle était utilisée par les tribus indigènes pour extraire le tanin du lichen et ainsi le rendre comestible, les potiers s’en servaient pour obtenir des coloris gris-noir, les Romains en mettaient pour accentuer leurs sourcils et s’en colorer les cheveux, on en faisait des tatouages à l’âge de Bronze, elle est également utilisée depuis très longtemps pour désinfecter les plaies, soulager les piqûres et brûlures d’estomac.

On l’utilise aussi pour intensifier la couleur lors de réalisation de teinture végétale, pour le tannage des peaux, pour faire du déodorant (en mélange avec de l’argile blanche), pour faire du ciment (avec de la terre cuite), pour faire du levain, pour s’épiler, pour patiner le bois (couleur gris taupe)…

Le nettoyage de votre cheminée va devenir bien plus utile!

Maintenant que vous savez quoi faire avec vos cendres, vous serez heureux de devoir vider la cheminée ! D’autant plus que le charbon de bois que vous récoltez lors de ce nettoyage a lui aussi de nombreuses utilisations au jardin et dans votre vie quotidienne, mais pas les mêmes que la cendre. Pour connaitre les utilisations du charbon de bois, c’est par ici.

Votre coach, Harmony

PS : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager (l’onglet de partage est en haut à droite) !
Et si vous souhaitez en apprendre plus sur le jardinage au naturel à mes côtés, n’hésitez pas à venir aux ateliers que je propose à Marneffe (entre Liège et Namur).


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “La cendre de bois ? Tout sauf un déchet !

  • Jean Michel

    Merci pour cette présentation, vraiment fort complète !
    Pour la cendre, je ne l’utilise pas pour ma part au jardin. Au-delà de l’aspect strictement matérialiste qui ne voit dans la cendre que autant de potasse, autant de minéraux etc, j’ai toujours ressenti qu’apporter dans la terre le résultat de la combustion d’éléments vivants n’est pas dans l’ordre des choses, pour le potager en tout cas. C’est juste mon ressenti, et j’ai été surpris d’apprendre il y a peu qu’en biodynamie également on n’utilise pas la cendre ainsi: les biodynamistes n’utilisent que les cendres venant de la combustion d’organismes vivants spécifiques, limaces par exemple, qu’ils épandent comme répulsif contre ces limaces.
    Mais j’utilise quand même la cendre, parcimonieusement, sur la pelouse ou pour certains coins non dédiés au potager.

    J’utilise la cendre pour en récupérer la potasse et en faire du savon (mou), ainsi que dans la lessive comme vous l’indiquez aussi. Pour la lessive, c’est d’une telle simplicité qu’il faut vraiment diffuser cette information! Et cela laisse le linge bien doux, également.

    • Harmony Auteur de l’article

      Merci pour votre retour!
      Concernant l’utilisation de la cendre au jardin, je comprends votre ressenti. Les incendies de forêts font parties de l’ordre naturel des choses, mais ils sont normalement rares (l’impact de l’homme fait qu’ils sont bien plus nombreux et dévastateurs). Dans nos forêts, si elles n’étaient pas aussi désastreusement gérées, un feu de forêt se limiterait à l’arbre touché par la foudre et ses cendres seraient bien vite naturellement recyclées… C’est pour cela que l’usage parcimonieux de cendres au jardin rentre dans la logique du jardinage au naturel, en étant bien sûr ultra vigilant quant à la provenance de ces cendres!

      Quant aux usages domestiques, je n’ai hélas pas de feu de cheminée (et donc pas de production de cendres de bois) et je le regrette d’autant plus depuis que j’ai testé certaines recettes pour cet article… car j’ai été bluffée par l’efficacité de la cendre pour absorber les odeurs de la litière de mes chats et de la pâte de cendres pour récurer (ma baignoire n’a jamais été aussi propre! lol)! Je continuerai donc à faire ma lessive au lierre (car elle est aussi très efficace et que j’en ai dans le jardin), mais je compte bien garder une réserve de cendres pour le reste!