Le cyclanthère


Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler du cyclanthère (Cyclanthera pedata) : cette surprenante plante que j’ai découverte l’année dernière dans le jardin d’une amie. Grâce à quelques graines données, J’ai pu profiter de ce beau légume original chez moi cette année! C’est donc à mon tour de vous la faire découvrir 😉

Le cyclanthère: une plante surprenante!

En effet, cette plante vraisemblablement originaire du Pérou mérite le détour ! Le concombre grimpant, un de ces autres noms, est une plante de la famille des cucurbitacées comme la courgette, le potiron, et bien sûr le…concombre. Comme ses cousines, son fruit est comestible et peut être dégusté cru ou cuit: Crus,  ils sont légèrement croquant, avec un goût de concombre et de petit pois ; Cuits, ils deviennent alors fondant avec une saveur de haricot beurre et d’artichaut !

Le genre cyclanthera comprends une quarantaine d’espèces, nous parlons ici de Cyclanthera pedata, la plus facile à trouver par chez nous.

C’est une annuelle grimpante dont les tiges aiment s’accrocher sur un support grâce à leurs vrilles et peuvent atteindre  plus de 4 mètres de hauteur. Elle peut ainsi habiller un mur ou une clôture auquel elle s’agrippe facilement et rapidement.  Ses feuilles sont très belles, profondément découpées et d’un beau vert tendre.

Plante grimpante, le cylanthère à besoin d’un support auquel il s’attache tout seul grâce à ses nombreuses vrilles.

La feuille du cyclanthère est profondément découpée, presque comme si c’était une feuille composée.

Comme les autres cucurbitacées, c’est une plante monoïque. Un même pied porte ainsi des fleurs mâles et des fleurs femelles.  Les fleurs sont petites et blanches striées de verts. Les fleurs mâles sont groupées en panicules, les fleurs femelles sont isolées. De l’ovaire infère de ces dernières se développe une baie oblongue à la peau verte, lisse et brillante qui va jaunir et se couvrir de faux piquants en vieillissant. Les fruits mesurent de 5 à 10 cm.

Les fleurs mâles sont groupées en panicules (à gauche). les fleurs femelles sont isolées (à droite avant plan).

La fleur femelle possède un ovaire infère (sous la fleur) d’où se développe la baie.

Accueillir ce légume chez vous est aussi simple que de cultiver des courges. Semez les graines en godet en intérieur de mars à mai, et, dès la fin des gelées (mi mai), repiquez les plants en pleine terre, au soleil ou à mi-ombre, espacés d’un mètre. Vous pouvez aussi semer directement en pleine terre après les gelées.  Comme pour les courges, elle aime avoir un sol riche, engraissé avec  du compost. Elle n’aime pas la sécheresse, aussi ne lésinez pas sur le paillage à son pied !  Enfin, placez lui un support pour qu’elle puisse s’étendre en hauteur.

Les bonnes associations à faire avec le cyclanthère sont : Ail, aneth, asperge, betterave, brocoli, camomille, carotte, céleri, chou, chou de Bruxelles, chou-fleur, ciboulette, échalote, fève, haricot, laitue, maïs, oignon, pois. Par contre, évitez la proximité des végétaux suivants : Cornichon, courge, courgette, melon, menthe, pomme de terre, radis, romarin, sauge, thym, tomate.

La floraison est initiée par la diminution de la durée du jour : de juillet jusqu’aux premières gelées. Les fruits pourront être récoltés environs 1 mois après l’apparition des fleurs. Le cyclanthère se récolte au fur et à mesure, lorsque les fruits ne sont pas encore mûrs et encore verts. Les graines peuvent alors être récupérées si elles sont bien noires, elles conservent leur capacité germinative jusqu’à trois an. Prenez garde qu’une fois bien mûrs, les fruits « explosent » et dispersent leurs graines créant ainsi des semis spontanés pouvant être envahissants.

jeune fruit – fruit presque mûr (encore vert) – fruit mûr (jaune)

En mûrissant, la chair du fruit se résorbe et laisse place aux graines.

Les graines peuvent être récoltées et conservées quand elles sont noires.

Question maladie, le cyclanthère est assez résistant et rarement malade. Il peut toutefois souffrir de maladies cryptogamiques : fonte des semis, oïdium et mildiou. Les limaces et escargots peuvent aussi représenter un danger pour les jeunes plants.

Une fois les fruits récoltés, il ne reste plus qu’à les cuisiner ! Les plus jeunes fruits, dont les graines n’ont pas encore commencées à se colorer, peuvent être consommés entiers, la chair est encore tendre. Les fruits plus âgés deviennent creux, il faut en retirer les graines. Vous pouvez les préparer crus : en grignotage, en salade, fourré au fromage de chèvre, confis dans du vinaigre… ou cuits : simplement au beurre, grillés, farcis (viande, piments et fromage de chèvre,…),…. Les jeunes pousses (germes et feuilles) sont aussi consommées crues, ce sont des légumes-feuilles.

Sachez enfin que toutes les parties de la plante sont utilisées dans la pharmacopée Péruvienne. En phytothérapie, plusieurs bienfaits ont été démontrés : Diminution la pression artérielle, diminution le taux de cholestérol, régulation du taux de sucre dans le sang, réduction de l’obésité, anti-inflammatoire, anesthésiant local.

J’espère vous avoir donné l’envie de découvrir ce légume !

Votre coach.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *