L’Aconit


Cachée durant tout l’hiver et ayant pointé le bout de ses feuilles fin février, voici que commence à fleurir une superbe fleur de massif : l’Aconit (Aconitum spp).

Aconitum napellus

Originaire des montagnes, cette plante imposante par ses grandes hampes florales ne craint pas le froid ! Elle ornera le fond de vos massifs avec ses épis pouvant atteindre plus d’1 mètre de haut de couleur le plus souvent bleu, mais parfois aussi blanc ou jaune (selon les variétés).

En massif, elle est du plus bel effet.

C’est une vivace de la famille des renonculacées qui s’étoffera rapidement par le développement de ses racines tubéreuses. Son feuillage est bien découpé et vert intense, parfois brillant. Ses fleurs en forme de casque, d’où l’appellation de « casque de Jupiter », sont regroupées en belles grappes au bout de longues et multiples hampes florales. Elles apparaissent en mai et peuvent continuer à fleurir jusqu’en octobre.

Casque de Jupiter.

En cas de belle mère est envahissante, c’est la plante idéale ! Trêve de plaisanterie, l’aconit, aussi appelée « tue-loup » est une plante toxique, particulièrement ses racines. Utilisée dans le temps pour enduire les flèches lors de la chasse au renard ou au loup, l’ingestion de quelques grammes de cette plante peut être fatale. L’aconitine, principal de ses alcaloïdes, entraine une paralysie progressive des différents systèmes vitaux (respiratoire, circulaire). Prudence donc lorsque vous la manipulez (portez des gants) et avec les enfants et animaux.

L’Aconit se plait dans les endroits semi-ombragés voir en plein soleil si la terre est maintenue fraîche. Elle apprécie les sols profonds, pour sa racine pivotante, humides et frais, mais sans eau stagnante, et riches en humus. N’hésitez donc pas à pailler généreusement son pied pour garantir la fraîcheur et un apport en humus. Pour l’installer dans votre jardin, plantez-la de préférence en automne (septembre-octobre), mais vous pouvez aussi procéder au printemps (avril-mai). En cas de plantation printanière, il vous faudra bien l’arroser durant son premier été vu qu’elle n’aura pas encore bien développé ses racines. Vous pouvez aussi la semer. Dans ce cas, semez au printemps sous châssis froid et repiquez les plantules en pot gardés en pépinière jusqu’à l’automne où elles pourront rejoindre la pleine terre.

Dès fin février, l’aconit fait son apparition.

Pour l’entretien de l’aconit, il faudra diviser la touffe au bout de quelques années pour la rajeunir, sinon sa floraison risque de diminuer. Au début du printemps (avec arrosage par la suite) ou en automne, divisez la motte et replantez immédiatement le « surplus » dans un autre endroit du jardin (ou chez un ami). Quand les fleurs sont fanées, vous pouvez couper la tige pour prolonger la durée de floraison de la plante. Les aconits sont des plantes très rustiques, craignant peu de maladies et de parasites. Cependant, si l’humidité du sol est trop persistante, elle peut voir ses racines pourrir ou être attaquée par le mildiou, dans ce cas, transplantez-la dans une zone ou l’humidité est moins stagnante.

Enfin, sachez que ces fleurs tiennent très bien en bouquet, de quoi fleurir aussi votre intérieur !

Votre Coach.
PS : je ne veux aucun mal à mes belles-mères 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *